L' art: revue hebdomadaire illustrée — 1.1875 (Teil 2)

Seite: 160
DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1875_2/0181
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
i6o

L'ART.

pour les sévères et douloureuses histoires de la Bible. Ce tableau annonçait déjà d'autres toiles du
même caractère, tristesse dramatique des paysages servant de cadre aux tristesses du sujet. Il préludait
déjà au succès du Saint Sébastien et du Macbeth, ce chef-d'œuvre qui, par suite de circonstances
imprévues, n'a pu venir compléter la série des œuvres du maître. Le Christ an jardin des Oliviers
est placé aujourd'hui au Musée de Langres.

En continuant l'examen chronologique des tableaux du maîcre, en cherchant dans les anciens
Corot les germes d'un talent qui ne fera plus que grandir, nous trouvons une toile intéressante, n° 35,
Vue d'Arricia.

Cette toile décorative avait été commandée à Corot par Louis-Philippe, pour la faire exécuter en
tapisserie par une manufacture de l'État. Le modèle fut mis de côté sans exécution, et resta longtemps
dans les magasins de la manufacture nationale des tapisseries de Beauvais. A l'appel fait par le comité
Corot, M. le directeur des Beaux-Arts s'en souvint et nous l'envoya. Ce tableau a l'aspect noir et dur,
mais la composition a beaucoup de caractère et d'ampleur ; au fond, soleil couchant, — ou plutôt
couché, et à droite de grandes masses d'arbres de haut port, enveloppant une silhouette de ville qui
se découpe sur le ciel lumineux.

Dans un prochain article, nous examinerons les envois des musées de province et des amateurs
parisiens qui ont répondu avec tant d'empressement à l'appel des membres du comité.

Edouard Daliphard.
loading ...