L' art: revue hebdomadaire illustrée — 1.1875 (Teil 2)

Seite: 163
DOI Artikel: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1875_2/0184
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
LONDON

SEASON.

de Fortuny. Nous étions loin de nous attendre à-ce que la mort
dût venir forcer la ressemblance entre Fauteur de Carmen et le
peintre de la Vicaria. La nouvelle de cette mort si prématurée,
si imprévue, est tombée comme une foudre dans le monde ar-
tiste, plongeant dans le deuil, avec la famille et les amis de
Georges Bizet, tous ceux qui s'intéressent aux progrès et à l'ave-
de la musique française. Ceux qui discutaient, non pas le
talent, mais les tendances du jeune maître, ont été atterrés. Ce
coup cruel, en donnant à chacun l'impression d'une grande perte,
le sentiment d'un vide impossible à combler, a montré à tous,
avec une déplorable clarté, tout ce qu'il y avait de valeur réelle,
d'espérances sérieuses et de brillantes promesses en réserve dans
cette nature élevée et fortement trempée. Il y avait là évidemment
un artiste de grand avenir, un maître sur qui l'on était en droit
de compter.

Georges Bizet, enlevé dans la nuit du 2 au 3 juin, après la
trente-troisième représentation de son dernier ouvrage, était
né à Paris, le 25 octobre 1838. Il n'avait donc pas trente-
sept ans.

Entré tout jeune au Conservatoire, il y obtenait, dès l'âge de
treize ans, un second prix de piano, et l'année suivante le pre-
mier prix. Après d'innombrables succès au Conservatoire, il
remportait, à dix-huit ans, le second, et à dix-neuf ans, le pre-
mier grand prix de Rome.

Son début au théâtre est le Docteur Miracle, opérette en un
acte, qui lui valut ex œquo avec M. Ch. Lecoq le prix au con-
cours ouvert par Offenbach, alors directeur des Bouffes-Parisiens,
et qui fut représenté avec succès sur cette scène le 8 avril 1857.

Depuis lors, Bizet a donné au Théâtre-Lyrique les Pêcheurs
de perles, 3 actes, première représentation le 24 septembre 1863;
la jolie Fille de Perth, 4 actes, 26 décembre 1867; à l'Opéra-
Comique, Djamileh, 1 acte, 12 mai 1872; au Vaudeville, les
entr'actes, chœurs et mélodrames pour VArlèsienneP drame de
M. A. Daudet, 1"' octobre 1872; enfin à FOpéra-Comique,
Carmen. 3 actes, 3 mars 1875.

Il a beaucoup écrit pour l'orchestre et le piano ; mais l'énu-
mération de ses œuvres instrumentales nous mènerait trop loin.

On assure qu'il laisse deux partitions d'opéra complètement
terminées, le Cid et Clarisse Harlowe.

Armé de toutes pièces, possédant à fond la littérature musi-
cale ancienne et moderne, française et étrangère, Bizet avait été
l'un des premiers à entraîner la jeune école de musique française
dans les voies nouvelles ouvertes à Fart musical par Berlioz,
Schuman, Wagner et Gounod.

Il meurt au moment où il allait dégager complètement sa per-
sonnalité, qui déjà s'affirmait avec éclat dans Y Arlèsienne et dans
Carmen. Il meurt au moment où son œuvre franchit les limites
de son pays pour se répandre à l'étranger et assurer à son nom
une renommée européenne. On annonce, en effet, que Carmen
sera prochainement représenté à Bruxelles et à Vienne.

Bien qu'il ne lui ait pas été donné d'accomplir la destinée que
faisaient prévoir sa belle organisation musicale, développée par
l'étude, et son esprit distingué, ennemi du banal et toujours à la
recherche du mieux, son souvenir ne périra pas.

Charles Vimenal.

LONDON SEASON

[Correspondance particulière de /'Art '.)

Londres, 15 mai 1875;.

Le illr mai, par un ciel inclément, une pluie diluvienne, le
Lord Maire a procédé à l'inauguration solennelle du nouveau
palais de Musivell Hill : « The Alexandra Palace. »

La première construction, inaugurée le 24 mai 1873, fut enttè-

cher bien des tableaux dans des couloirs et bon nombre d'aqua-
relles dans une des salles de restaurant. Le catalogue ne comprend
pas moins de 1,069 numéros, et on annonce la publication d'un
supplément consacré à la sculpture et aux applications de Fart à

rement détruite par un violent incendie, le 9 juin suivant. On | l'industrie. Pour un début, il y a là un ensemble fort satisfaisant;

pouvait croire à la ruine de la Société constituée pour cette
hardie entreprise d'élever au Nord de Londres un rival au Palais
de Cristal de Sydenham. C'eût été compter sans l'énergie des
Directeurs de la Compagnie ; la part du feu faite, et elle fut
radicale, ils ne songèrent qu'à reconstruire promptement le
monument si rapidement disparu, en s'efforçant d'éviter les
défauts constatés pendant sa trop courte existence. Le nouvel
édifice s'élève sur le même emplacement que le premier, et com-
mande une vue magnifique; il a été élevé par les soins de
MM. Lucas frères, qui n'y ont pas occupé moins de 2,500 ou-
vriers. La grande salle centrale, dont l'acoustique est excellente,
peut recevoir 12,000 spectateurs assis et un orchestre de
2,000 exécutants; il y a en outre une salle de concert secon-
daire pour 3,500 personnes, etun théâtre qui contient 3,000 places ;
c'est le plus vaste de Londres. Les jardins et le parc sont con-
sidérables et disposés avec infiniment de goût ; il me faudrait
des pages pour donner une idée de tout ce qu'ils renferment
d'intéressant : ménagerie, cirque, école de natation, gymnase,
tous les genres de sport, à commencer par un vaste champ de
course. Il va sans dire que les Beaux-Arts n'ont pas été oubliés
et qu'ils constituent un des principaux attraits du Palais, dans la
pensée du Directeur-Général de l'entreprise, Sir Edward Lee,
qui a confié la surintendance du département artistique à M. B.-L.
Spackmann. Les deux importantes galeries consacrées à la pein-
ture sont dès aujourd'hui tellement remplies qu'il a fallu accro-

mais il va sans dire qu'il faudra procéder discrètement à de nom-
breuses épurations ; ce sera chose facile dès que les artistes auront
compris les avantages que leur offre VAlexandra Palace Company
par son organisation de loteries d'œuvres d'art, à l'acquisition des-
quelles les Directeurs calculent qu'ils seront à même de consacrer
100,000 francs par an.

Outre les deux grandes galeries consacrées aux envois directs
des artistes, il est d'autres salles destinées à exposer les richesses
artistiques prêtées par des collectionneurs, système qui est l'une
des principales causes de succès du South Kensington Muséum.
Lord Londesborough a donné l'exemple, en mettant à la dispo-
sition du Conseil des Directeurs de Y Alexandra Palace sa nom-
breuse collection d'armes2 formée par.le feu Lord, le fondateur,
— il était à cette époque Lord Albert Conyngham, — et le
premier Président de la British Archœological Association ,
excellente institution qui a donné naissance à la foule de Sociétés
archéologiques que possède aujourd'hui l'Angleterre.

Le comité d'une des fondations les plus utiles de l'Angleterre
[The Leeds Alechanics' Institution and Literary Society and
Schools of Science and Art) ayant décidé d'organiser une York-
shire Exhibition of Arts and Manufactures, un fonds de garantie
a été immédiatement souscrit et l'Alderman Marsden, maire de
Leeds, a accepté la présidence de l'Exposition qui a été inaugurée
le 13 par le second fils de la Reine, le duc d'Edimbourg, et qui
est divisée par groupes : département des machines ; départe-

1. Voir tome ii, pages 38 et 142.

a. Le catalogue de la collection exposée à Muswcll Hill comprend 1,337 numéro»
loading ...