L' art: revue hebdomadaire illustrée — 1.1875 (Teil 2)

Seite: 179
DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1875_2/0201
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
SALON DE 1875. 179

sion de le traduire en peintre d'histoire. Dans un temps où l'on se préoccupe avant tout de produire
des tableaux de placement, vous vous êtes inquiété uniquement de la question d'art; vous qui avez,
m'assure-t-on, plus que personne besoin de vendre, vous n'avez pas hésité à vous imposer des frais
très-onéreux pour créer une œuvre que vous saviez d'avance être invendable ; vous avez eu à cœur de
témoigner de votre culte du grand art en l'affirmant par un fait, tandis que d'habiles trafiquants se
contentent d'en parler sans cesse et de fabriquer exclusivement des toiles de pacotille.

Quoi que l'on fasse, votre colossale composition est et restera, Monsieur, malgré ses défauts,
l'expression la plus élevée de ce Salon. Il s'est trouvé dans le Jury spécial des médailles d'honneur
deux galants hommes pour vous le dire éloquemment '. Alors qu'on décidait qu'il n'y avait pas lieu de
décerner cette année de médaille d'honneur à la peinture, tous deux ont voté pour qu'elle vous fût
donnée, infligeant ainsi la leçon à la fois la plus courtoise et la plus sévère à leurs collègues qui ne
vous ont jugé digne ni d'une première médaille ni du pi-ix du Salon.

Cet honneur nouveau-né a révélé cette année son premier résultat si malheureux, qu'il n'y a pas
à en parler. Espérons encore que l'auteur saura prendre sa revanche et ajournons-le à l'an prochain.
Vous avez mieux à faire qu'à risquer de vous empêtrer dans la même voie. Quand on a peint le
criminel épisode de la vie de David comme vous l'avez fait, on aspire à monter, non pas à descendre.

Votre sujet est tout entier dans votre citation du Livre des Rois 2 : « Du temps de David, il y eut
une famine qui dura trois ans. David consulta l'oracle du Seigneur, et le Seigneur lui répondit que
cette famine était arrivée à cause de Saùl et de sa maison, qui était une maison de sang, parce qu'il
avait tué les Gabaonites. — David dit aux Gabaonites : « Que puis-je faire pour réparer l'injure que vous
« avez reçue? » Ils lui répondirent : « Qu'on nous donne au moins sept des enfants de Saul, afin que
« nous les mettions en croix pour satisfaire le Seigneur. » David prit les deux fils de Respha, fille
d'Aïa, qu'elle avait eus de Saùl, et cinq fils que Mérab, fille de Saùl, avait eus d'Hadriel, et les mit entre
les mains des Gabaonites, qui les crucifièrent... Respha demeura là depuis le commencement de la
moisson jusqu'à ce que l'eau du ciel tombât sur eux, et elle empêcha les oiseaux de déchirer leurs
corps. »

C'est vraiment bien gentil de la part du bon David de n'avoir accédé qu'au minimum des douces
exigences des Gabaonites.

Il y avait une grande difficulté à éviter dans un pareil sujet, Monsieur, et vous ne l'avez point
surmontée ; votre composition est trop divisée, — les sept suppliciés au haut de la toile, Respha dans
le bas. Je n'ai pas à répéter, — tout le monde vous l'a dit, — que l'oiseau de proie qu'elle repousse
est bien bon de s'occuper de cette mère déchaînée et que rien ne lui serait plus aisé que de
déchiqueter tout à son aise les corps de ses fils sans qu'elle pût troubler cet horrible festin. Inutile
aussi d'insister sur le côté théâtral et assez vulgaire de Respha. On est d'accord sur tout cela ainsi
que sur la tonalité sourde, terne, du noble effort que vous avez tenté. Si je ne vous dissimule rien
des erreurs dans lesquelles vous avez versé, je ne saurais proclamer assez haut tout le parti que vous

t. L'article 29 du Règlement du Salon constitue d'une curieuse façon ce Jury spécial : « Deux médailles d'honneur, de la valeur de
4,000 francs chacune, pourront être décernées aux auteurs des deux œuvres les plus éminentes du Salon. Un comité spécial désignera les
ouvrages dignes de ces deux médailles.

« Ce comité sera présidé par le directeur des Beaux-Arts, et composé des quatre présidents de section, ou des vice-présidents en cas
d'empêchement des présidents, et de deux membres par section. Ces derniers seront désignés par la voie du sort au moyen d'un tirage
qui se fera dans chaque section, le jour même où le comité sera appelé à désigner les ouvrages dignes des deux médailles d'honneur. »

A quel propos un comité spécial pour décerner les médailles d'honneur? Nécessitent-elles des lumières exceptionnelles? Dans ce cas,
quelle garantie avez-vous de les rencontrer dans votre Comité de hasard? On me concédera, je me plais du moins à le croire, que, sans
porter atteinte aux connaissances et aux talents éminents des membres des diverses sections, il est permis de supposer parmi eux des
hommes de moindre valeur que leurs illustres collègues. Les jeux du hasard pourraient fort bien ne faire sortir de l'urne que les étoiles
de second ordre, voire même les nébuleuses; et voilà vos médailles d'honneur décernées par un Jury très-inférieur au Jury des médailles
ordinaires !

La bureaucratie seule est fertile en inventions de cette force.

C'est probablement l'éventualité du cas que je viens de signaler qui fait que l'on tient soigneusement sous le boisseau le résultat du
tirage au sort pour la composition du Comité spécial. Il suffira, je pense, d'avoir signalé à M. le marquis de Chcnnevières des procédés
aussi peu corrects pour y voir mettre un terme. Les artistes et le public, qui prononce _en dernier ressort, doivent connaître par la voie du
Journal oficicl les noms des juges en même temps que ceux des élus.

2. Ancien Testament, Les Rois, liv. II, ch. xxi, v. 1 à 10.
loading ...