L' art: revue hebdomadaire illustrée — 1.1875 (Teil 2)

Seite: 220
DOI Artikel: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1875_2/0245
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
220

L'ART.

après avoir assisté à l'apposition des scellés par l'étrange commissaire de police de la Commune,
qu'il quitta son poste. Avouons-le : il s'échappe, et il n'est que temps; car il vient d'être prévenu que,
destitué la veille, il est menacé d'être arrêté le lendemain. Il revient après les horreurs des incendies
et des massacres. Mais, depuis lors, sa santé déjà très-altérée, minée par les privations du siège,
ébranlée par les inquiétudes et la tristesse, l'abandonne tout à fait, et c'est à grand'peine qu'il remplit
les devoirs de sa charge jusqu'au moment où il remet ses fonctions de directeur du Conservatoire
entre les mains de M. F. Reiset, nommé directeur des Musées nationaux (1874).

Telle est la vie de cet homme qu'on a tant attaqué, mais que ceux qui l'ont connu de près ont
estimé à sa vraie valeur et ont aimé.

Ajouterons-nous qu'il était chevalier de l'Étoile polaire de Suède (1861), membre de la Société
des Antiquaires de Normandie, membre de l'Académie de Saint-Luc de Venise (1854), etc., etc.,
autant de preuves de l'estime qu'on faisait de lui? De ce petit bagage de satisfactions légitimes, que
reste-t-il? Soyez stir que la pierre qui couvre aujourd'hui le pauvre Villot n'en fait nulle mention.
On peut y graver qu'il est l'un de ceux qui ont honoré et défendu le Louvre.

A. louvrier de LaJÔLAIS.

SOUSCRIPTION DES ARTISTES

EN FAVEUR DES INONDÉS

Les artistes viennent de se signaler par un nouvel acte de générosité. Devant les incalculables
désastres de nos départements du Midi, ils ont voulu que leur nom fût ajouté à la liste de ceux qui
tendent une main secourable à nos malheureux compatriotes. M. Falguière, qui est né à Toulouse,
s'est mis à la tète d'une souscription particulière qui va réunir bientôt un grand nombre d'adhérents.
Les artistes sont invités à lui adresser des œuvres qui seront exposées et mises en vente au profit des
inondés. Nous allons revoir à cette occasion, nous n'en doutons pas, chez les artistes, le même élan
qu'au moment où l'on crut utile de s'adresser à la souscription privée pour soulager la France de
son écrasant tribut de cinq milliards. Nos colonnes sont ouvertes au Comité présidé par M. Falguière
pour toutes les communications qu'il jugera utile de faire par la voie de la presse. Notre concours lui
est acquis. Qu'il nous permette tout d'abord de lui demander d'examiner s'il n'y aurait pas un grand
intérêt à faire à Londres l'exposition et la vente des œuvres qu'il aura rassemblées.

la rédaction de L\4RT.
loading ...