L' art: revue hebdomadaire illustrée — 1.1875 (Teil 2)

Seite: 227
DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1875_2/0255
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
SALON DE 1875. 227

qui plus d'une fois leur ont été si justement acquis ; ni l'une ni l'autre ne marchent cette année dans
une voie à encourager; — revanches à prendre.

M. Healy a heureusement traduit l'intelligente physionomie de l'ambassadeur d'Angleterre, lord
Lyons (n° 1019), mais quelle étrange idée d'écraser sa toile dans le cadre le plus abominablement lourd
que je connaisse !

M. Jobbé-Duval a peint de profil un buste de jeune femme, très-belle tête, pleine de caractère,
une forme énergique qui s'enlève sur un fond jaune.

M. Jules Lefebvre, —■ une invention de M. Alexandre Dumas fils, qui en compte fort heureuse-
ment bon nombre de meilleures, — a représenté Mme la princesse de C... (n° 1299) avec une dureté sans
égale, a mis à mal sous prétexte de Chloé (n° 1298) une des idylles d'André Chénier, et s'est permis, —
sous forme de Rêve (n° 1297), —un dévergondage de dessin et de couleur que l'on a tenté de faire
prendre au public pour un échantillon de grand art. Le public s'est contenté de sourire et de passer ;
n'allez pas croire que, pour avoir souri, il fût désarmé.

Un prix de Rome, M. Machard, est l'auteur d'un énorme portrait, celui de M"e Rosine Bloch, de
l'Opéra, vêtue d'une énorme robe de velours rouge (n° 1398). C'est ressemblant, c'est même convena-
blement dessiné, mais sans style et d'une coloration peu séduisante.

Je n'ai pas à vous apprendre que M. Théodule Ribot est un homme d'infiniment de talent; mais,
hélas! non content d'être hanté par l'ombre de Ribeira, il s'est frotté à quelque ramoneur après s'être
égaré en compagnie d'un plâtrier, et le résultat de ces jolies connaissances, ce sont tous ses tableaux
mi-partie suie et craie dont M. Ribot nous inonde depuis pas mal d'années et qui exaspèrent d'autant
plus les gens de goût qu'à moins d'insigne injustice on est forcé de s'avouer que tout ce noir et tout
ce blanc recouvrent des qualités de premier ordre. Cette fois le Portrait de M. Van de Kerkove-Van-
denbroeck (n° 1719) qui, à cela près, est brossé absolument comme le Cabaret normand (n° 1718), a de
plus le visage orné d'une balafre rouge qui a tout l'air d'un œillet épanoui en plein demi-deuil. Un
coup de pistolet, pour parler la langue des ateliers, — étrange coup de pistolet et que je ne puis pour
ma part que déplorer. Quand on est une organisation hors pair, — et c'est le cas de M. Ribot, — on
devrait repousser ces excentricités voulues, comme profondément malsaines, et s'imposer de ne pro-
duire que des œuvres magistrales ; on est d'autant plus coupable de ne pas le faire qu'on porte en soi
tout ce qu'il faut pour les créer.

XIV.

au hasard de mes notes.

M. Pierre De Coninck. — Quand donc cessera-t-il de nous montrer toujours la même Italienne
avec ses mêmes grands yeux bien corrects, son même sourire poncif, son même aspect honorablement
académique? C'est peint dans toutes les règles de l'art, avec une monotonie, une banalité à endormir
debout (nos 592 à 594).

M. J. E. Aubert. — Il n'a jamais produit d'oeuvres très-fortes, mais elles se distinguaient par
une délicatesse de dessin et d'arrangement qui font absolument défaut aujourd'hui à son regrettable
tableau A la Source (n° 48); c'est flou et mou. Le passé de M. Aubert me défend cependant de
me désespérer; il peut se relever et le voudra.

M. Albert Aublet. — Élève de M. Claudius Jacquand et de M. Gérome ; on ne s'en douterait
guère à voir cette façon de peindre grasse et vigoureuse, ce soleil qui éclaire bien toute cette nue ;
ensemble et détails sont fort bien rendus dans le Retour à la Ferme (n° 50) ; l'aspect général seul est
trop jaune et roux.

M. Camille Bernier. — Deux toiles de belles proportions : Été (n° 169), Automne (n° 170). Il sait
beaucoup, ses tableaux ont toujours très-bon aspect, ils sont bien ordonnés, bien nourris; sa peinture
loading ...