L' art: revue hebdomadaire illustrée — 1.1875 (Teil 2)

Seite: 231
DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1875_2/0259
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
SALON DE 1875. 231

La grandeur, le caractère, la tournure sont des dons suprêmes que possède au plus haut degré
M. Henri Harpignies, le premier entre tous les paysagistes qui ont succédé à cette illustre génération
de 1830 dont il ne nous reste plus que deux maîtres, Jules Dupré et Diaz. Talent très-personnel, M. Har-
pignies ne s'est jamais montré aussi magistral que cette année. Ses Chênes de Château-Renard1 et sa
Vallée de l'Aumance (nos 1016 et 1017) brillent par la beauté du dessin, le jeu de la lumière, la richesse
et la variété de tons. Le style est superbe; on ne trouve qu'à louer dans de semblables paysages; ils
touchent à la perfection, et, pour l'atteindre complètement, il ne faudrait qu'atténuer un peu les
lumières accrochées à arêtes vives le long des troncs des arbres de la Vallée de l'Aumance (Allier) ;
et les quelques duretés qui régnent dans ce tableau disparaîtraient pour nous offrir le noble spectacle
d'une œuvre accomplie comme les Chênes de Château-Renard.

Paul Leroi.

(La suite au prochain numéro.)

1. Voir le dessin de l'artiste reproduit dans l'Art, tome I, page 192. Pour le buste de Msr Darboy, par E. Guillaume, voir tome ii
page 78.
loading ...