L' art: revue hebdomadaire illustrée — 1.1875 (Teil 2)

Seite: 239
DOI Artikel: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1875_2/0267
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
CHRONIQUE DE L'HOTEL DROUOT,

orné d'un cartouche portant l'inscription. Deux couronnes de
chêne en bronze sont fixées à droite et à gauche du cartouche.

Dorian est appuyé, presque assis, sur un gabion, la tête nue
et légèrement tournée à gauche, le regard triste ; la main com-
prime les battements du cœur ; sur le sol un canon et des attri-
buts symbolisant les souffrances du siège, les ardeurs de la
défense, les ressources que le génie et l'énergie de Dorian ont
su tirer de la grande ville.

— Dimanche a eu lieu la distribution des prix de l'école de
dessin du III1' arrondissement, dirigée par M. Levasseur. Cette
solennité, présidée par M. Paillard, maire, assisté de ses adjoints
et d'un grand nombre de manufacturiers et d'industriels et des
Inspecteurs de la ville de Paris, a eu lieu dans le grand amphi-
théâtre des Arts et Métiers. Le discours a été prononcé par
M. Alfred Maury, directeur général des Archives, délégué can-
tonal, qui a remporté un grand succès et d'unanimes applaudis-
sements. Parmi les lauréats le plus fréquemment nommés, nous
citerons : MM. Waret, Legastelois, Guth , Orlhac (classe de
dessin), Tuffoureau, Bonnardot (géométrie), Jagueneau, Clas-
trier, Perraud, Legastelois (sculpture). Le prix du Ministre a été
décerné à M. Waret; M. Guth a obtenu le prix fondé par la
Gajelte des Beaux-Arts pour l'encouragement à la simultanéité
des études, M. Legastelois celui offert par l'Art, et qui a pour
objet de développer les concours de composition.

— On vient de placer au Luxembourg deux toiles achetées à
la vente de Millet. L'une est une petite esquisse de Baigneuses,
l'autre plus importante, une vue de l'Eglise de Gréville, la patrie
de Millet. 1

— Dix-huit caisses sont arrivées le 23 juin à l'École des
Beaux-Arts. Elles renfermaient les envois de nos jeunes artistes
qui, lauréats des grands concours, passent quatre ans à Rome
et sont obligés d'envoyer tous les deux ans une de leurs
créations.

L'exposition des envois a été ouverte dimanche 27 juin.

— Une légère augmentation de crédit a été accordée pour
subvenir à l'insuffisance constatée du personnel des gardiens em-
ployés au Musée du Louvre.

— La Société d'encouragement des Beaux-Arts de Florence
a décidé d'ouvrir dans ses salles une grande exposition extra-
ordinaire d'objets de beaux-arts à l'occasion des fêtes pour le
centenaire de Michel-Ange, qui auront lieu dans cette ville en
septembre prochain.

Cette exposition sera ouverte le 1" septembre et close le 30.
Les artistes sont priés d'envoyer leur adresse à la Société, rue
délia Colonna, 31, à Florence, pour que celle-ci puisse leur
envoyer le règlement de l'exposition et les communications qui
suivront.

— La municipalité de Rome entend se faire représenter aux
fêtes qui auront lieu à Florence au mois de septembre prochain,
à l'occasion du centenaire de Michel-Ange. Elle se propose, en
outre, de faire exécuter un moulage de la fameuse statue de
Moïse qui se trouve dans l'église de San Pietro in Vincoli et d'en
faire don à la commune de Florence.

C'est là un présent qui a sa valeur, car il n'est plus guère
permis aujourd'hui de prendre des moulages des statues cé-
lèbres.

CHRONIQUE DE L'HOTEL DROUOT

— La vente des estampes de la collection de M. Emile Gali-
chon n'a pas écé moins brillante que les enchères des dessins '.

Deux estampes de Zoan Andréa d'après Mantegna : Pièce allé-
gorique (Bartsch 16), — Autre pièce allégorique (B. 17), superbes
épreuves, rares (n° 1822), se sont vendues 565 fr.; — l:Adora-
tion des mages, de Baccio Baldini (Passavant 95, t. V, p. 40),
très-belle épreuve d'une estampe de la plus grande rareté(n" 185):
2,000 fr.; — de Jacopo de Barbary dit le Maître au Caducée :
l'Homme portant le berceau (B. 11); Galichon 27; épreuve de
toute beauté avec marges à droite et en haut ; collection Marshall ;
très-rare (n° 187) : 420 fr.; — Vénus (B. 12). Gai. 14; épreuve de
toute beauté des collections Storck, W. Esdaile et Marshall;
très-rare (n° 188) : 600 fr.; — le Satyre jouant de la cornemuse
(B. 14). Gai. 19; magnifique épreuve; très-rare (n° 189):
900 fr.;— Phébus et Diane (B. 16). Gai. 16; épreuve de toute
beauté; très-rare (11° 190) : 1,620 fr.; — Saint Sebastien, les
deux bras attachés au-dessus de sa tète par une corde formant
nœud coulant (Gai. 9). Pass. 27; superbe épreuve d'une pièce
rarissime qui est restée inconnue à Bartsch (n° 192): 4,105 fr.;
— Une femme se regarde dans un miroir bombé. Elle est nue, les
cheveux flottant sur l'épaule droite, un chapeau à plumes sur la
tête. Dans sa main droite elle tient un miroir et un voile qui, en
passant dans sa main gauche, cache sa nudité. Dans le bas de la
droite, une boule et des quilles. Pièce non décrite. Voir pour
cette pièce le travail de M. Galichon dans la Galette des Beaux-
Arts, t. VIII, 2e période, p. 223 (n° 193) : 1,205 ^r-j— c'e G. ^.
de Brescia : la Vierge avec des saints. Elle est assise dans une
niche et offre une grenade à l'enfant Jésus posé sur les genoux de
sa mère. A gauche, sainte Hélène; à droite, saint Michel. Au bas,
trois inscriptions, chacune de cinq lignes. Pass., t. V, p. 108,
n° 33. Pièce inconnue à Bartsch et de la plus grande rareté;
superbe épreuve (n° 204) : 7,700 fr.; — Hercule tuant l'hydre
de Lcmc (B. 12); magnifique épreuve d'une estampe de la plus

1. Voir tome II, page 217.

2. L-s iiumei-iM enlre parenthèses sont ceux du catalogue de la vente.

grande rareté : 1,200 fr.; — de J. Campagnola : la Samaritaine
(B. 2). Voir le catalogue publié par M. Galichon dans la Galette
des Beaux-Arts, t. XIII, p. 332, n° 2; épreuve de toute beauté
avec grandes marges; très-rare (n° 219) : 2,300 fr.; — Saint
Jean-Baptiste (B. 3). Gai. 3; superbe épreuve; très-rare
(n° 220) : 700 fr.; — Ganymède (B. 5). Gai. 6. Gravé très-
probablement d'après Mantegna; magnifique épreuve d'une pièce
charmante et rare (n° 221) : 1,900 fr.;— le Jeune Berger (B. 5).
Gai. 8; magnifique épreuve de la pièce la plus parfaite du maître.
Collection Marshall (n° 222) : 2,550 fr.; — l'Astronome (B. 8).
Gai. u ; magnifique épreuve d'une pièce rarissime (n° 223) :
675 fr.; — de Dominique Campagnola : les Bergers musiciens
(B. 9).'Gai. 12. Estampe gravée en communauté avec J. Cam-
pagnola; très-belle épreuve d'une pièce rare (n° 225) : 440 fr.;
— Douje enfants dansants (Gai. 15). Pass. 16; cette pièce, non
décrite par Bartsch, est la plus belle de l'œuvre. Notre épreuve
est magnifique, imprimée à l'encre rouge et est d'une conservation
parfaite. Rarissime (n° 227) : 3,700 fr.; — d'Albert Durer :
Adam et Eve (B. 1) ; magnifique épreuve sur papier à la tête de
bœuf, avec une petite marge. Collection Saint-Aubin (n° 236) :
2,990 fr.; — la Nativité (B. 2); superbe épreuve (n° 237) :
700 fr.; — la Vierge au singe (B. 42). Très-belle épreuve du
premier état, avec le nez du singe noir et avant deux traits
échappés sur le nez et sur le dos de l'animal, sur papier à la tête
de bœuf (n° 252) : 510 fr.; — Saint Eustache ou Saint Hubert
(B. 57); magnifique épreuve; collection \V. Esdaile (n° 259) :
2,550 fr.; — les Armoiries à la tête de mort (B. ioi); épreuve de
la plus grande beauté, avec marge. Collection Saint-Aubin
(n° 276) : 2,150 fr.; —■ de Paul Flindt, les nos 281 et 282 vc.i-
dus ensemble 4,000 fr. ; Lampadaire, coupes, gobelets, calices,
chandeliers, aiguières et autres pièces d orfèvrerie. Suite de
trente et une pièces avec titre, marquées des lettres P. V. N.
Cette suite doit se composer de quarante pièces. Superbes épreuves
loading ...