L' art: revue hebdomadaire illustrée — 1.1875 (Teil 2)

Seite: 240
DOI Artikel: DOI Artikel: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1875_2/0268
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
240

L'ART.

de pièces rares; quelques-unes sont tachées d'huile. — Coupes,
gobelets, vases, ciboires^ fleurs, etc. Suite de trente-neuf pièces
avec titre. Superbes épreuves de pièces rares; — de Claude Lor-
rain : le n° 292 : le Soleil couchant (R. Dumesnil 15); magni-
fique épreuve avant la lettre, d'un état antérieur au premier état
décrit; elle est avant les lettres C. L., sur la planche qui est sur
le devant de la composition ; elle est aussi avant des travaux sur
l'arc triomphal, à gauche. Probablement unique : 1,800 fr.; et
le n° 2p4Ws adjugé pour 4,250 fr. à M. Dutuit, de Rouen, qui a
disputé les plus belles pièces à M. le baron Edmond de Roths-
child et au British Muséum : Description de las fiestas que cl
S'' Marques de Castebrodrigo. Embajador de Espana. Celebro en
esta Corte d la nueva del élection de Ferdinand III, — de Austrio
rey de Romanos. — Hecha por Miguel Bermudej de Castro. Au-
dessous de ce titre sont les armes d'Autriche gravées sur bois, et
plus bas : En Roma por francisco Caballo, MDCXXXVII, con
licencia de los superiores. Une bordure gravée sur bois encadre
tout le frontispice. Au deuxième feuillet commence la description
de la fête en vers espagnols et qui remplit huit feuillets.

« Dans ce livre, « dit le Catalogue, « se trouvent dix pièces
des feux d'artifice gravées par Claude Lorrain, que nous allons
indiquer en renvoyant pour la description à un article publié par
M. Galichon dans la Gajette des Beaux-Arts, t. XI, p. 225, et
au Peintre-graveur de R. Dumesnil, t. I, p. 31, et au supplément
du même ouvrage, publié par M. Duplessis, t. XI, p. 183;
Atlas supportant le monde (R. D. 30). Supp. 30, Gai. 1 ; épreuve
du premier état, avant les lettres C. L., à la gauche du bas;*—
le Globe terrestre, supporté par Atlas, vole en éclats (R. D. 31).
Supp. 31, Gai. 2; épreuve du deuxième état, le trait carré du
bas est divisé en une sorte d'échelle métrique ; — Neptune de-
bout sur une conque marine (R. D. 29). Supp. 29, Gai. 3 ; épreuve
du premier état avant le numéro xvi, à l'angle gauche du haut ;
— la Tour aux cinq tourelles (R. D. 36). Supp. 36, Gai. 4; —
même sujet, avec les feux qui jaillissent de chaque pierre (R. D.
32). Supp. 32, Gai. 5 ; épreuve du premier état avant les lettres
CL., sur le terrain; — la Tour s'entr'ouvre et laisse apercevoir
une tour ronde et crénelée (R. D. 33). Supp. 35, Gai. 6; —
Tour ronde et crénelée, de laquelle des feux s'échappent en gerbe
(R. D. 34). Supp. 36, Gai. 7; — la Tour entr'ouverte laisse
voir de profil la statue équestre du roi (R. D. 35). Supp. 38,
Gai. 8 ; — la statue équestre du rot reste seule élevée sur une
plate-forme (R. D. 37). Supp. 39, Gai. 9 ; — la statue équestre

du roi est amenée, au milieu d'archers et de soldats qui sonnent
des fanfares sur la place (R. D. 38). Supp. 40, Gai. 10.»

A la suite de ces dix planches, l'ancien possesseur du volume
a joint un autre texte en prose italienne dont voici le titre : Rela-
tione — délie feste fatte —dall' excellentissimo signore Marchese
di Castillo-Rodrigo} ambasciatore délia Maestà cattolico nella
eletione di Ferdinando Ter^o, ré de Romanie, al illustrissimo
signore Giustino Landi. Cette relation prend huit pages : à la
dernière sont la date, 10 febraro 1637, et le nom de Ferranto
Corsacci, chargé par l'éditeur Landi de cette description.

Il est extrêmement probable que cet exemplaire fut destiné au
neveu du pape Urbain VIII, le cardinal Antonio Barberini, car
sur les plats du vélin qui forme sa couverture, sont imprimées
les armoiries de ce prélat : les trois abeilles. Cette reliure con-
tient encore deux autres opuscules dédiés spécialement à ce car-
dinal Barberini. Le volume porte environ 195 de hauteur sur
140 min. de largeur. Les eaux-fortes sont très-belles d'épreuve.

De Lucas de Leyde, nous signalerons les pièces suivantes :
la Passion de Jésus-Christ. Suite de neuf estampes de forme
ronde (B. 57-65). Superbes épreuves. Suite très-rare à trouver
en aussi bel état (n° 304) : 3,900 fr. ; — le Retour de l'Enfant
prodigue (B. 78). Magnifique épreuve. Collection du prince de
Paar(n° 307) : 3,500 fr. ; —la Tentation de saint Antoine (B. 117).
Magnifique épreuve sur papier au Pgothique (n° 311) : 1,500 fr.;
— Marie-Madeleine se livrant aux plaisirs du monde (B. 122).
Epreuve de la plus grande beauté et d'une parfaite conservation.
Extrêmement rare de cette qualité (n° 313): 8,500 fr. ; — Mars
et Vénus [B. 137). Magnifique épreuve sur papier au P gothique.
CollectionArozareira (n° 315): 1,850 fr.;—de FraFilippoLippi :
l'Annonciation (Pass., t. V., p. 51, n° 1). Cette pièce, ainsi que
les deux suivantes, sont de la plus grande rareté. Superbe épreuve
(n° 324) : 3,305 fr. ; — le Christ présenté au peuple (Pass. 7).
Superbe épreuve (n° 325): 3,305 fr.;—la Présentation au Temple
(Pass. 4). Superbe épreuve (n° 326) : 1,005 fr.

Nous donnerons' prochainement la fin de la vente Galichon
et le résultat des ventes après décès de Corot et de M. Cou-
vreur, un des principaux marchands d'antiquités et d'objets d'art
de Paris et l'un des plus connaisseurs, et dans la livraison sui-
vante nous publierons le détail des enchères de la collection des
dessins de Millet qu'avait formée M. Emile Gavet et au sujet de
laquelle toutes nos prévisions se sont réalisées, — très-brillante
clôture d'une saison peu brillante.

NOTRE EAU-FORTE

Cette livraison est accompagnée d'une eau-forte que M. Th.
Chauvel a gravée pour l'Art, d'après le remarquable tableau de

M. Jacomin au Salon de 1875 : Vaine pâture dans la foret de
Marly.

NECROLOGIE

P. J. Henri Labrouste vient de succomber, à l'âge de
soixante-quatorze ans, à la maladie contre laquelle il luttait
vaillamment depuis longtemps. Les titres de Labrouste à
nos regrets sont nombreux. Chargé en 1843 de construire
la nouvelle Bibliothèque de Sainte-Geneviève, il n'a pas
hésité à rompre avec les traditions purement académiques et
à approprier ses plans à l'emploi des matériaux nouveaux et
en particulier du fer, et surtout à l'usage auquel était destiné
l'édifice.

L'Institut cependant ne put pas lui refuser, en 1867,
l'héritage deHittorf; mais il ne renonça pas pour cela à l'in-
dépendance de ses théories, et les élèves de l'Ecole spéciale

d'architecture fondée par M. Trélat n'ont pas oublié les
conseils éclairés qu'il leur prodiguait.

Henri Labrouste, né à Paris en 1801, était le frère
cadet de l'architecte Théodore Labrouste et de celui dont
la direction a laissé des souvenirs si vivants dans l'ancienne
maison de Sainte-Barbe. Elève de Vaudoyer et de Lebas, il
remporta le grand prix de Rome en 1824. Son envoi, la
Restitution du temple de Neptune à Pestum, fut très-remar-
qué. Il a surveillé avec Duban les travaux du palais actuel
des Beaux-Arts. C'est encore lui qui a fait construire les
nouveaux bâtiments de la Bibliothèque nationale. Il était
président de la Société centrale des architectes.

Le Gérant, HIPPOLYTE HEYMANN.
loading ...