L' art: revue hebdomadaire illustrée — 1.1875 (Teil 2)

Seite: 248
DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1875_2/0279
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
248 L'ART.

cette nature morte où se groupent, à la manière de l'illustre Joannes Fyt un lièvre pendu par la patte
et un panier de gibier renversé (n° 1761).

M. Alexandre Collette.— Une Jeune fille, rêverie (n° 491) et l'Etude (^492) ; l'auteur est un réa-
liste préoccupé d'exécuter simplement et exactement ce qu'il voit ; il voit et rend juste ; mais son
dessin est par trop naïf et ses types terriblement vulgaires.

M. Emmanuel Damoye. — Les Champs (n° 561) : grandes plaines chargées de moissons; quelques
toits de chaume à l'horizon; ciel légèrement semé de nuages moutonneux. Bonne ordonnance. Senti-
ment très-vrai, très-champêtre.

M'"e Salles Wagner. — La Sortie du bain (n° 1794); c'est réellement bien peint; la figure de la
femme est d'un heureux mouvement, le torse fort remarquable est largement modelé; j'aime moins
l'enfant, dont on ne comprend pas bien l'épaule et le bras.

Le Calvaire de Tronoan, près de Pont-l'Abbé (Finistère).
Gravure de Smeeton et Tilly, d'après le tableau de Jacques Guiaud.

M. Henri Eugène Delacroix. — Porter ces deux prénoms et ne pas adopter modestement le pre-
mier quand on tient un pinceau, c'est raide. N'osant signer seulement du second, comme il en avait
terrible envie, M. Delacroix a eu recours à un moyen terme et il est curieux : Henri-Eugène Delacroix
s'étale tout au long en caractères peu minuscules au bas de son immense machine : Supplice réservé aux
dissipateurs, dont le sujet est emprunté à la Divine Comédie, sans doute pour ne pas ressembler au
magistral début d'Eugène Delacroix.

Avec un nom plus que difficile à porter il n'eût été que prudent d'éviter l'écrasement de pareils
souvenirs. Chacun a fait ce trop naturel rapprochement, et tant d'audace n'a point paru justifiée par
beaucoup de dureté et par un modelé heurté et une exagération du procédé par plans qui ne sauraient
remplacer la large facture du maître.

M. P.-A. Bellet du Poisat, — Autre victime d'Eugène Delacroix que cet élève d'Hippolyte
Flandrin. Le Christ servi par des anges (n° 141) et le Christ marche sur les eaux (n° 142) sont d'affreux
pillages; il devrait être interdit de défigurer de la sorte le génie.

Erratum : C'est Eugène Delacroix qui est la victime de M. Bellet du Poisat.
loading ...