L' art: revue hebdomadaire illustrée — 1.1875 (Teil 2)

Seite: 251
DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1875_2/0282
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
SALON DE 1875. 251

Il a rarement été plus complet que dans sa Boutique au Caire (n° 151-3), que je ne saurais trop
louer : composition, dessin, tonalité, tout y est remarquable. Pourquoi faut-il que la Chadouf, système
d'irrigation dans la Haute-Egypte (n° 1514), prête au contraire sérieusement à la critique? Ce n'est
pas une mauvaise toile, mais elle est de proportions démesurées par rapport au sujet dont le côté
pittoresque semble noyé dans le vide. Puis c'est d'une tonalité bien éteinte; on dirait que la maligne
influence qui paralyse parfois les meilleures intentions de l'artiste s'est mise un peu de la partie.
Malgré ces réserves au sujet de son second tableau, l'exposition de M. Mouchot doit compter parmi
ses meilleures; il ne reste pas stationnaire; sa Boutique au Caire le montre dans une voie excellente
et y progressant toujours.

M. Édouard Manet est certes un fortuné mortel ; un autre s'aviserait de tirer perpétuellement
un coup de pistolet qu'on passerait sans y prêter la plus légère attention; pour lui, c'est tout différent,
on s'en occupe toujours et on ressasse en son honneur les mêmes discussions, les mêmes théories sans

MÉLANCOLIE.

Gravure de Mcaulle, d'après le tableau d'Edouard Daliphard.

s'apercevoir que cela tourne à la rengaine ; franchement, c'est bien de la bonté. Veut-on ne pas se
payer de mots et parler franc? — M. Manet n'a réussi à prouver qu'une chose : c'est que, possédant
une certaine note coloriste, — les observateurs de bonne foi ne la lui ont jamais contestée, — il est
au demeurant un impuissant qui piétine sur place. Le jour où il présenta au Jury ce célébrissime
chat noir que le bon sens de M. La Caze fit admettre quand même, — je me rappelle lui avoir
entendu raconter l'année même de sa mort, avec tout plein de bonhomie et de belle humeur, cette
fameuse séance des doctes jurés, — M. Manet possédait ni plus ni moins, autant qu'aujourd'hui, sa note
unique, et M. La Caze a assez vécu pour constater chez lui l'impossibilité de révéler autre chose que
ce petit mérite qui avait justement frappé l'intelligent collectionneur, habitué à vivre entouré des
maîtres les plus divers dont il devait léguer tant d'œuvres de choix au Louvre. Tâchez donc de citer
quoi que ce soit qui reste de M. Manet depuis tant d'années ; — sa première machine, — cela
s'appelait, je crois, Olympia, — est encore ce dont on se souvient un peu en y mettant beaucoup de
bonne volonté, et sans doute pour mieux démontrer l'inanité de sa production. La nécessité qui
s'impose à tout critique sérieux d'empêcher l'Ecole française de s'éteindre dans la mal'aria académique
a pu amener des hommes d'infiniment de goût à célébrer le Bon bock, pendant la durée d'un Salon, mais
tous savaient, et de reste, en recourant à la seule arme de guerre qui leur tombât sous la main, quelle
loading ...