L' art: revue hebdomadaire illustrée — 1.1875 (Teil 2)

Seite: 257
DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1875_2/0288
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
EXPOSITION

DES OEUVRES DE COROT

(suite1.)

ous arrivons maintenant aux tableaux importants du maître, qui nous ont été
confiés par les Musées de province et les amateurs parisiens, marchands ou
collectionneurs.

Parmi les Musées qui répondirent les premiers à l'appel, il faut signaler
ceux de Lille et de Rouen. M. Edouard Reynart, réminent conservateur des riches
collections Lilloises, nous proposa de suite ses deux tableaux, l'un (n° 44 du
catalogue) charmant; l'autre (n° 37), une Fête antique, est une page de maître, une des meilleures.
Inutile d'analyser ce chef-d'œuvre. Le mieux est d'aller le contempler et l'admirer. Noble port de
grands arbres, élégance de la composition, tonalité puissante de l'ensemble, tout y est à étudier de
près. Ce tableau fut donné au Musée de Lille par Corot, gui n'en voulut jamais recevoir de payement.

L'Arbre penché.

Fac-similé d'un dessin de M. E. Daliphard, d'après le tableau de Corot, appartenant à M. A. Duparc.

La ville de Lille l'invita à une fête donnée en son honneur, témoignage d'une juste admiration. Corot
n'y alla jamais, soit qu'il redoutât les fatigues d'une réception publique, soit qu'une question d'art l'ait
détourné de cette démarche.

Aussi le conseil municipal de Lille, sur la proposition de M. E. Reynart, a-t-il voté une somme
de ^oo francs pour le monument que les amis et élèves du maître veulent élever à sa mémoire.

i. Tome II, pages 109 et ij6.
Tome II.

33
loading ...