L' art: revue hebdomadaire illustrée — 1.1875 (Teil 2)

Seite: 272
DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1875_2/0307
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
27a L'ART.

Vases anciens et accessoires (n0! 1555 à 1557), mais encore deux aquarelles, des vues prises en Algérie
(nos 2609 et 2610) ; M"e Euphémie Bernaert, dont les Vieux Chênes de Vile de Walcheren n° (129) constituent
un progrès considérable; —M. Jean Verhas, qui peint agréablement le genre, mais doit se défier de
tomber et dans le précieux et dans les harmonies citronnées ; — M. Henri Bource, talent consciencieux
qui représente la transition entre l'école d'Anvers heureusement défunte et les quelques artistes qui

dégagent aujourd'hui une originalité vraie dans la ville de Rubens et rompent avec l'abominable facture
glaireuse trop longtemps- en honneur, pour revenir aux saines pratiques de l'art flamand; — M. Coose-
mans, un paysagiste qui s'est formé à côté du regretté et très-regrettable Hippolyte Boulenger; —
M. Alfred Cluysenaar, auteur de la Renaissance et la Réforme (n° 469), fragment d'une peinture exécutée
à fresque à Gand dans le grand escalier du palais de l'Université; c'est assez neuf d'arrangement;
cela a le mérite de ne piller peu ou prou ni Delaroehe, ni Kaulbach ; en un mot, c'est une composition
exempte de réminiscences, ce qui est toujours à craindre en pareil cas; l'Hémicycle de l'Ecole
des Beaux-Arts est d'une disposition si tentante qu'elle ne se présente que trop naturellement
à la mémoire. Pour juger l'œuvre de M. Cluysenaar, il faut la voir complète, cJest-à-dij-e à
loading ...