L' art: revue hebdomadaire illustrée — 1.1875 (Teil 2)

Seite: 314
DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1875_2/0351
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
314 L'ART.

résultant d'un enseignement général, qui peuvent amener à une solution; aussi ne devons-nous pas
nous étonner de ne pas trouver au Salon d'architecture des œuvres remarquables à signaler. Il ne faut
juger celles qui sont exposées qu'en tenant grand compte aux artistes de la situation qui leur a été
faite par leur éducation et reconnaître que beaucoup d'entre eux montrent des aptitudes très-remar-
quables qui, mieux développées, eussent beaucoup plus produit.

Parmi les compositions ou, pour employer une expression consacrée, parmi les projets que ren-
ferme le Salon de 1875, il faut citer en première ligne le projet de Faculté des sciences présenté par
M. Lheureux, qui s'était déjà fait remarquer, lors du concours de l'hôtel de ville de Paris, par une
étude très-sérieuse et une conception ingénieuse. Dans cette nouvelle composition, l'auteur a imprimé
à l'ensemble un grand caractère d'unité et a obtenu, grâce à de bonnes proportions générales, des
bâtiments d'un aspect agréable, quoique très-sobres de détails et d'ornementation. Nous lui ferons
toutefois le reproche d'avoir tenu à enfermer tous les services de cet établissement considérable dans
vin périmètre trop régulier ce qui l'a obligé à sacrifier, dans une certaine mesure, quelques-uns des
plus importants.

L'hospice d'aliénés construit par M. Louvier, dans le département du Rhône, est également une
grande composition étudiée avec beaucoup de soin, conçue dans un esprit très-sage et disposée de
façon à remplir d'une manière très-satisfaisante les conditions d'nn programme aussi compliqué. Ce
travail a du reste valu à cet architecte une médaille parfaitement méritée.

Les études faites par M. Mimey pour le Pérou sont aussi très-dignes d'intérêt, surtout son église
de Tacna dans laquelle la combinaison des coupoles doit donner en exécution un excellent résultat.

M. Magne, connu depuis longtemps pour les travaux importants exécutés sous sa direction dans la
ville de Paris, n'a pas, selon nous, été heureux dans le projet de Parlement qu'il expose; l'idée de
réunir le Sénat et la Chambre des députés dans un môme ensemble est du reste assez singulière, et en
tout cas n'est pas exprimée, dans ce projet, d'une façon satisfaisante ; ce dessin, charmant d'exécu-
tion, ferait un joli frontispice en tète d'un ouvrage d'architecture, mais ne semble pas réalisable.

Nous ne saurions louer davantage le projet de théâtre qu'a étudié M. Clausse pour la ville de
Cherbourg. Décidément nos villes de province se montrent, depuis bon nombre d'années, bien peu sou-
cieuses de l'aspect de leurs théâtres et arrivent toutes à la même solution banale ; qui a vu une de ces
bâtisses mesquines les a vues toutes ; ce sont toujours les mêmes grands bâtiments rectangulaires ornés
de façades principales prétentieuses et de façades latérales aussi pauvres, aussi tristes et aussi mal
construites que possible. Le programme d'un théâtre est cependant plein d'intérêt et d'attrait, aussi
est-il étonnant qu'il ne stimule pas davantage les artistes et que les administrations se contentent de
résultats aussi peu satisfaisants.

Dans un tout autre ordre d'idées, nous voyons avec plaisir les écoles construites par M. Hédin,
rue Barbanègre à Paris, et sommes heureux de constater une fois de plus le talent sérieux et réfléchi
de cet artiste. Il faut le reconnaître du reste, l'administration municipale a donné à ce genre de con-
struction assez de développement pour encourager les architectes à chercher et à étudier aussi scru-
puleusement que possible cette question si importante de nos jours, dans les ensembles comme dans
les détails.

Comme cela arrive inévitablement à la suite de chaque grand concours public, le Salon renferme
cette année plusieurs études, dont les unes figuraient au concours pour la maison de répression à
Nanterre, et les autres à l'exposition des projets pour l'église du Sacré-Cœur. Parmi les premières
nous citerons celle de MM. Simonet et Trélat qui ne paraît pas pratique par suite du grand
éloignement des bâtiments affectés aux détenus par rapport à ceux de la direction et de l'administra-
tion. Quant au projet de M. Bruneau, il a d'autres inconvénients en ce qui concerne certains services
et surtout eu égard à la forme générale du plan demi-circulaire, mais il accuse de la part de son
auteur une certaine préoccupation de la recherche et de l'étude au point de vue de l'art.

Parmi les projets d'église du Sacré-Cœur plusieurs dénotent une extrême habileté d'arrangement
surtout dans les détails, et un très-grand savoir; mais ces œuvres manquent trop souvent d'unité et de
mesure et présenteraient des difficultés pratiques très-réelles, de même qu'elles exigeraient des dépenses
trop considérables eu égard aux résultats qui sex-aient obtenus.
loading ...