L' art: revue hebdomadaire illustrée — 1.1875 (Teil 2)

Seite: 353
DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1875_2/0392
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
LE GOUT DE L'ART CHEZ UN PURITAIN DU XVIIe SIÈCLE. 353

trouvait des modèles comme ceux du « seigneur et de ses deux fils en prière » par Marro. Si Van Dyck
n'avait pas déjà sur Lely la supériorité du génie sur le talent, ses modèles seuls lui en fourniraient
une, car autre chose est de peindre les galants cavaliers qui vivent sur ses toiles ou de reproduire à
satiété les mêmes femmes roses et blanches avec la même écharpe dégrafée et regardant dans le vide

Portrait de Mnw Hutciiinson.
D'après une peinture du temps.

du même œil amoureux. Il est juste de dégager la mémoire des puritains des mythes qui l'obscurcissent
comme à souhait; il reste acquis, sans contestation, que si l'Angleterre possède encore aujourd'hui
nombre de chefs-d'œuvre dont l'avait dotée le goût éclairé de l'infortuné Charles Ier, c'est au colonel
Hutchinson qu'elle le doit, et toute sa vie prouve surabondamment qu'il était possible d'unir aux plus
rigides principes de sa secte un culte véritable pour l'art sous toutes ses formes.

Mmc H. de Puliga.

toml IT.
loading ...