L' art: revue hebdomadaire illustrée — 1.1875 (Teil 2)

Seite: 359
DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1875_2/0398
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
CHRONIQUE DE L'HOTEL DROUOT.

coupées laissent comme une cicatrice humaine, bouleaux morts
que couronne un rejeton vivant. Le mouvement du tronc, l'in-
sertion des rameaux, expriment l'essence. Millet observe et rend
leur croissance lente, par spirales ligneuses, et leur plantation
circumsaillante, c'est-à-dire le renflement que les racines donnent
à la terre où elles sont implantées. Mais, quoiqu'il voie admira-

359

blement l'arbre, l'arbre ne l'empêche jamais de voir la forêt dans
son unité magnifique et redondante; et ni l'arbre ni la forêt ne
sont inertes : l'arbre respire, la forêt se meut...

« Personne mieux que Millet n'a fait l'eau, soit la mer
dense et saline, mettant de la lenteur à s'égoutter de dessus les
rames; soit l'eau fluide et fuyante des rivières; soit l'eau morte

MÉNAGÈRE BALAYANT SA MAISON.

Fac-similé d'un dessin de F. Du Mont, d'après Millet.
(Collection de M. Emile Gavet.)

des mares qui, comme une plaque écamée, éclaire par-dessous le
poitrail d'une vache qui boit...

• Mais personne surtout n'a rendu comme lui les aspects
du ciel, aussi profond dans ses tableaux que la terre est solide
et ferme, et les variations atmosphériques, promesses de pluie
ou menace de sécheresse, dans leurs nuances les plus subtiles.
Personne n'a rendu comme il les rend les bruits et les silences
de la nature : un ciel sombre traversé par des pigeons blancs;
des lueurs subites passant sur un village ; des feuilles sèches qui

s'envolent, une bergère qui s'abrite, et cela suffit pour vous
donner une pénétrante sensation de vent et d'orage...

« Quel que soit, d'ailleurs, le lieu où Millet prend ses
sujets, ils sont profondément marqués d'un triple cachet de
naturel, d'originalité et d'idéal. Portés par son œil qui les
pénètre à son cœur qui les anime et à son imagination qui les
agrandit sans les altérer, ils sortent comme tout armés de sa tête;
et sa main les fixe à jamais sur la toile, obéissant à sa conscience
et à la vérité, mais à la vérité vivante, pensante, caractérisée, et
loading ...