L' art: revue hebdomadaire illustrée — 1.1875 (Teil 2)

Seite: 395
DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1875_2/0434
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
SALON DE 1875

(SUITE1.)

XXII.

divers.

iquidons nos dernières notes.

M. Narcisse Berchère. — Nature et talent extrêmement sympa-
thiques; beaucoup de conscience; il a la passion du mieux; aussi, cette
année, se présente-t-il fort en progrès avec trois souvenirs d'Egypte :
les Plaines du Delta, an printemps ; — Coup de vent sur le Nil, pendant
l'Inondation ; -— et le Haut-Nil à midi (nos 160 à 162). Il a étudié
l'Egypte con amore et il en rend les divers aspects avec infiniment de
sincérité. Sa peinture se recommande par l'harmonie générale, par
une bonne enveloppe et par une remarquable entente de la perspective aérienne, sans oublier l'esprit
qui y est répandu en prodigue.

M. Fabius Brest. — Il connaît son Bosphore par cœur et l'anime de figures qui constituent
d'agréables taches, mais c'est toujours un peu trop la môme chose.

M. Georges Washington. — Un Marseillais qui est élève de Picot, mais qui a renié son maître,
— il n'y a pas lieu de l'en blâmer; — on le prendrait pour un disciple de Delacroix. Il possède bien
chevaux et cavaliers arabes et les interprète avec un certain brio 2.

M.Victor Huguet. — Un Ravin de l'Oued-Kébir (Algérie). C'est fait sur nature et bien rendu,
mais les figures devraient avoir un peu plus de ressort. L'aspect général révèle une tendance regret-
table à abuser des tons crayeux.

M. James Bertrand. — En progrès; mais qu'il ne s'avise plus de chercher à provoquer l'attention
par des bizarreries sans originalité comme son Connais-toi toi-même (n° 184). La belle invention que
ce gamin qui prétend se peser lui-même au milieu du vide, en mettant un pied dans chacun des
plateaux d'une balance qu'il tient à la main! Heureusement que l'enfant est une étude bien
peinte.

Lesbie (n° 18$) et Madeleine (n° 183) confirment la tendance de M. James Bertrand à moins se
souvenir de M. Merle et de M. Bouguereau; il manifeste aujourd'hui un certain penchant pour
M. Paul Baudry.

Sa Madeleine est par trop jeune et trop mièvre, les bras et la partie supérieure du torse surtout;
je ne suis pas fanatique de l'exubérance de formes, beaucoup trop souvent prodiguée à cette belle
repentante ; encore lui faut-il un corps capable de passions et de péchés, ne serait-ce que par
respect pour la vraisemblance de sa légende.

Le modelé est d'une exécution très-sue; le ventre, toutefois, est d'un dessin malheureux.

C'est la Lesbie qui accentue le mieux la transformation du talent de M. James Bertrand.

M. D. F. Laugée. — La jeune Ménagère (n° 1247)- Elle est représentée préparant des légumes;
l'attitude est très-heureuse; c'est un joli tableau, d'un sentiment naïf et vrai, mais qui ne brille point
par l'originalité.

1. Voir tome ii, pages 7, 3$, 56, 77, 102, 137, 1J0, 178, 204, 222, 244, 269, 294, 318, 343 et 369.

2. n° 1984. Dans la montagne (Kabylie). n° 198;. Le Cheikh-el-Arabi; province de Constantin?.
loading ...