Exposition Internationale d'Art Byzantin <1931, Paris> [Hrsg.]
Exposition internationale d'art byzantin: 28 Mai - 9 Juillet 1931, Palais du Louvre — Paris, 1931

Seite: 26
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art_byzantin1931/0040
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
caractère byzantin, et que les fautes de goût, la lourdeur,
l'ostentation dans l'habileté technique, sont des indices
de l'influence barbare.

Or, l'art byzantin a acquis en occident, depuis long-
temps, la réputation d'être figé dans les formules, inca-
pable d'évoluer, inhumain, de valoir surtout par la
richesse des matières employées. Pourquoi? Peut-être
parce que ses tendances ne sont pas identiques à celles
des arts de l'occident ; il nous faut une certaine adaptation
pour le comprendre, un effort qui paraît nous coûter
moins, à nous autres occidentaux, quand il s'agit de nous
approcher d'un art radicalement étranger, comme celui
d'Extrême-Orient. C'est la vieille difficulté que l'on a
à s'entendre avec ses parents. Il y a dans ce sentiment,
en outre, des retours inconscients des querelles reli-
gieuses, de l'éloignement que l'on sent de ceux aux-
quels on a fait du tort. Liutprand, bon occidental, nous
a dit il y a mille ans le mal qu'il pensait de la cour
de Nicéphore Phocas. Depuis, les choses ne se sont pas
arrangées.

Et pourtant, nos ancêtres n'ont jamais manqué une
occasion d'acquérir des objets d'art byzantins. Si nous
pouvons faire cette exposition aujourd'hui, c'est bien
parce qu'ils ont réussi à s'en procurer un bon nombre,
car il en susbiste fort peu dans les pays ayant formé
l'empire byzantin et qui ont par la suite été occupés par
le Turc. Apprenons à regarder l'art byzantin ; nous
verrons bientôt que nos ancêtres ne se trompaient pas.

Débarrassons-nous d'abord d'un critérium que nous
avons coutume d'appliquer en occident : à savoir que
tout ce qui n'est pas peinture et sculpture tombe dans
une catégorie inférieure à celle des « Beaux-Arts ». C'est
souvent vrai chez nous, en Occident, surtout depuis le
moyen-âge. Mais à Byzance, aucune trace d'une telle
hiérarchie. On n'a qu'a regarder un tissu byzantin, une
monnaie, un chapiteau, un bijou, un ivoire sculpté, une

*6
loading ...