L' art décoratif: revue de lárt ancien et de la vie artistique moderne — 1,2.1899

Seite: 93
DOI Heft: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art_decoratif1899/0107
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile

COACOUVfT DÆ L'ART DÉCORATIF
Les concours peuvent être compris de deux rna-
nièrespar]eursorg-anîsa.teurs Füesont toutes
deuxleurraisond'être.
Dans Fune, ]es concours sont des exercices pro-
posés aux jeunes gens entrantdans lacarrière d'ar-
tiste, auxquels on ottre en outre ainsi, un moyen de
se faire connaître du public avec ia faveur qui
s'attache aux distinctions qu'its remportent. Si
]es premières difflcultés de la vie ne sont point
apianies pour eux, ils sont au moins aidës à en
triompher. Ceuxmême dontlesjugesducon-
cours n'ont pas cru devoir mentionner les travaux
se sonttrouvéssoustraits àhinfluence directe
de leur professeur; its ont du penser seuls,
réaliser sans !e secours du maitre, sentant
qu'ils n'avaient à compter que sur eux, sur ]eur
justesse etleurbonheurd'inspirationpourtut-
ter contre des concurrents inconnus, nourris à
d'autres sources ; si ]e résultat ne leur donne pas
1a satisfaction qu'ambitionnait leur amour-propre,
le concours n'en a pas moins ëté pour eux un en-
traînement bienfaisant ; 1a publication des travaux
de leurs concurrents plus heureux leur amontréles
points faibles des ieurs : leçon pratique dontl'éten-
due dépasse celle des leçons de l'école.
C'est donc une œuvre louable qu'ont faite les pu-
blications qui, avant ia notre, ont imaginé d'ouvrir
régulièretnent des concours cle ce genre. L'utiiité
de ceux-ci est cependant limitée aux concurrents
eux-mêmes ; car, d'une part, on ne peut attendre
qu'il sorte des jeunes gens, auxquels ces concours
s'adressent, des trouvailles propresàentrerdirecte-
ment dans 1e domaine de 1a pratique, et d'un autre
côté, les programmes ne limitant en rien 1a liberté
des concurrents quant à la richesse des objets, les
concurrents cherchent avant tout à montrer toutes
les ressources deleur imagination, et présentent des
projets qui, même pratiquement exécutables, ne
reprësentent que des objets de très-haut prix, tout
à fait exceptianneis.
Ceci conduit à l'autre manière d'entendre les
concours. Ici, il s'agit de chercher à présenter à
l'industrie des modèles de bon goût, artistiques s'il
est possible, et remplissant 1a condition sans la-
quelle elie ne pourrait les utiiiser : celle de pouvoir
être exëcutësparlesmoyensdontl'industrie dispose,
et vendus à un prix rigoureusement dëterminé, prix
qui ne doit pas dépasser sensiblement celui des
objets de mêrne destination actuellement dans 1e
commerce.
Pour atteindre le.but cpt'on se propose alors, il
faut que les conditions offertes aux concurrents,
sous forme de prix ou autrement, puissent détermi-
ner des artistes dèjà expèrimentès à prendre part
au concours sans, bien entendu, dècourager ies
commerçants qui se sentent assez forts (il y en a)
pour rèsoudre les difhcultés multiples de chaque
sujet. C'est l'ordre d'idèes dans leque! l'A/T
Dèro/uD/ s'est placé en ouvrant 1e concours de

(( bureau et son fauteuil pour 1e cabinet de travail
d'un appartement de ^ooo francs de loyer. ^
Nous pouvons constater avec satisfaction qu'en
poursuivant cette idëe, l'A./T s'efforçait
de rèpondre à des désirs qui n'attendaient que l'oc-
casion de s'exprimer : notre correspondance atteste
que des abonnès ou lecteurs attendent lareproduc-
tion des travaux primés de notre concours — repro-
duction qu'on trouvera dans ce numéro — pour
meubler ieur cabinetde travail. II estprobable cpie
s'il s'ètait agi d'une salle à manger ou d'une
chambre à coucher, ie nombre en serait encoreplus
important. C'est un fait sur lequel nous insistons à
dessein : il prouve à l'industrie que la clientèle du
mobilier tuoderne et de bon gout n'attend qu'elle, et
se prësentera le jour même où elle 1e lui oÈrira.
D'autrepart, nousavonseuleplaisirdevoirdes
artistesd'untalentreconnupreridrepattàcecon-
cours. Nous devons même avouerque les jugesont
éprouvè quelque etnbarras lorsqu'il s'est agi d'è-
tablir une échelle entre des travaux de mèrite à
peu prës égal, et que cet embarras n'a fait que
grandit* lorsque, cette èchelte ètablie et 1e dèpouil-
lement des enveloppes opèrè, ils se sont trouvé en
prèsence de noms connus. L'expèrietrce ne sera pas
sansprofitpourl'avenir; clle afait reconnaître
qu'il faut nous efforcer de trouver un tnoyen d'évi-
ter dèsormais utie classihctttion blessatite pour l'a-
tnour propre de i'artiste, et de faire bènèficier du
fruitdeleurtravttiltousceuxdontlesprojetsprè-
sentent la valeur espèrèe, dansdes conditiotis telies
que 1a question de plus et cle moins ne dèpende
plus desjuges, mais de l'actteil plus o.t moins fa-
vorablcque.Iepublicpourrnfairetlecltncune.Nous
yaviscns.
De ieur côtè, les artistes concurrents ne doivent
pas oublier qu'ici, le but du concours est essentiel-
lement pratique, et que 1a première de's conditions
à remplir, c'est d'être eux mêmes prati.ques dans
leurs projets. Non setdement 1a richessedela déco-
ration, mais mème lesdifticultèsde.constiuction
doivent être attentivement mesurèes, jamais hors
de rapport avec 1a valeur prescrite par 1e pro-
gramme. Uneautre erreur serait de vouloir à toute
force substituer des formes inusitées aux formes
habituelles de l'objet mis au concours. En gènèral,
lesformesusuellesàchaquepayssont.lesmeil-
leures ; si celles-là se sont perpètuèes, c'est préci-
sémentparce que l'expèrience les afaitreconnaitre
lesplus commodes et les mieux approprièes aux
habitudes de ceux qui doivent s'en servir. Ce n'est
doncque rarementsurle principedelaforme
que doit porter l'effort dè l'artiste, mais sur les
transformations d'aspect qu'on peut lui faire subir.
Pour mieux dèfinir ceci, nous citerons comme
exemple 1a manièreingènieuse dont un des concur-
rents de notre concours de bureau, M. Henri Sau-
vage, a renouveiè l'aspect du classique bureau-mi-
nistre, auquel il n'a cependant changè que le profil
des montants et celui des devants de tiroirs, en
conservant judicieusenrent lesdispositions d'ensem-
loading ...