L' art décoratif: revue de lárt ancien et de la vie artistique moderne — 2,1.1899/​1900

Seite: 52
DOI Heft: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art_decoratif1899_1900/0066
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
L'ART DÉCORATIF <^^7-

Les sculpteurs achèvent les statues qui figurent
surlespilones.
L'allée centrale de l'Esplanade a déjà un aspect
amusant avec ses moulures fantaisistes et le grand
hémicycle ménagé près du pont sur la gare a très
belle allure.
L'allée centrale sur les Champs-Elysées va être
dégagée dans quelques semaines. La disparition
restes de Palais de l'Industrie n'est qu'une question
de jours; on attend que la chute des feuilles ait
fait déserter les Champs-Elysées.
Plus loin, sur le quai d'Orsay,les pavillons étran-
gers, — la rue des Nations comme on l'appelait en
18/8, — montent rapidement; l'Italie et l'Angleterre
sont très avancées.
De l'autre côté du fleuve, le Pavillon de la Ville
de Paris, le Palais de l'Horticulture en forme de
serre immense, l'Aquarium, et le Palais des Con-
grès qui rappelle les construtions de l'Esplanade.
Passé le pont de l'Alma, sur le quai de Billy, le
vieux Paris de Robida, dont les croquis figuraient
au Salon dernier, s'achève ; il ne s'agira plus que
de trouver des locataires et ce ne sera pas mince
besogne, car il ne suffira pas de prendre des limo-
nadiers, il faut reconstituer un coin vivant de Paris,
avec ses multiples professions.
Des passerelles provisoires faciliteront la traver-
sée de la Seine aux promeneurs éloignés du Pont
Alexandre III et du pont d'Iéna.
A côté du pont d'Iéna, au bas du Champ-de-Mars,
des constructions ultra-fantaisistes, dans un décor
de féerie : ce sont le Panorama vivant du Tour du
Monde, le Palais d; la Mode, le Maréorama, le Ci-
néorama, le Palais de l'Optique où l'on verra la
lune à cent kilomètres quand le ciel le permet-
tra et en projection photographique si le temps est
couvert, enfin une multitude d'établissements
en < rama U qui aideront le promeneur à vider
son porte-monnaie avant de sortir par l'avenue
de Suffren, où l'industrie privée a groupé
encore d'autres attractions : le Village sutsse,
Paris en iqoo, la Grande Roue, etc.
En haut du Champ-dc-Mars, contre la grande
Salle de Fêtes (ex-galerie des machines) sera le pa-
lais de l'Electricité qui réunira trois numéros de
premier ordre et que l'on croit appelés à faire sen-
sation : le feu d'artifice électrique, formé par des
milliers de lampes à incandescence, le cinémato-
graphe géant et les nouvelles fontaines lumineuses
pour lesquelles on a découvert des combinaisons
de feux tourbillonnant et montant en spirale dans
la colonne d'eau d'un effet certain.
Ajoutons qu'en 1900, notre promenade pourra se
faire par deux moyens de transport : le chemin de
fer aéripn et le plancher mobile, sans compter une
partie du chemin de fer des Invalides aux Mouli-
neaux et les transports à bras d'hommes, pousse-
pousse, etc. Il y aura en outre une station du
Métropolitain à la sortie des Champs-Elysées.
C'est dire que l'Esposition prochaine sera im-
mense et d'un aspect merveilleux ; les visiteurs
croiront vivre un rêve des Mille et une Nuits et por-
teront dans tout le monde le récit des spectacles
inoubliables que la ville de Paris leur aura donnés.
A4 TO/APryA DA DA D/N
Paris se rajeunit en vue de l'Exposition, on ne
voit que peintres et décorateurs travaillant aux
magasins et aux façades des maisons.
Les échafaudages qui se dressaient depuis plu-
sieurs années devantcertains monuments privilègiés

vont disparaître ; le pavage en bois est en voie de
réfection partout où s'achève le métropolitain.
Le gares de l'Est et Montparnasse s'agrandissent
considérablement pour déverser plus rapidement
les milliers de voyageurs qui vont venir.
La nouvelle gare d'Orléans (Cour des Comptes)
monte comme par enchantement, car une armée
d'ouvriers y travaille toute la nuit à la lumière
électrique.Elle sera distante de quelques cent mètres
seulement de la gare des Invalides; elle la rejoin-
dra dans quelques années.
A la place Saint-Michel, la ligne souterraine
rencontrera la nouvelle station terminus du che-
min de fer de Sceaux qui s'arrêtait à la place
Médicis.
Les architectes et les ingénieurs promettent tous
d'être prêts avant le 1^ avril. Que d'inaugurations
et que de discours en perspective !
GEORGES BANS.

EMBOITAGES POUR RELIER
LES DEUX PREMIERS VOLUMES
DE «Z'ADT DÉCODA DfT»
FERS Sl'ÉCIAUX
Deux emboîtages en toile : francs.
Un seul désigner ie U ou 2" sem.) : 3^ fr.
(Ajouter 50 centimes pour le port)
ADcxxru* /A/Rx A 77/a/DAx nu/v D
L'Art Décoratif, à Paris et à Liège.


#4


Ld (KmeuE



RESUE BIMENSUELLE ILLUSTREE
CE LA UTURATURE
H OtS ARTS

jfU
0
i'4
F
!'C
ic
iu.

A)# ^ ^

NOTRE AGENCE
POUR LA BELGIQUE


Les Maîtres
de
la Carte
postale

Depuis le D'octobre, notre Agence générale pour
la Belgique est transférée :
DUT A DATE, y, A ZAÀGD
Tout ce qui concerne le service commercial de
l'/UT uAo/'A//*, <?n DAg/'yz/g (abonnements, paye-
ments, demandes de numéros, services des libraires)
devra donc être envoyé à cette nouvelle adresse.
loading ...