L' art décoratif: revue de lárt ancien et de la vie artistique moderne — 2,1.1899/​1900

Seite: 210
DOI Heft: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art_decoratif1899_1900/0236
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
L'ART DÉCORATIF


V. HORTA HALL, 12, RUE DE TURIN
A BRUXELLES t * c c ce
aux premières constructions de M. Horta.
Depuis, les idées de l'artiste se sont développées;
le détail décoratif a sourtout été poussé beaucoup
plus loin. Mais les grands traits qui caracté-
risent son mode de composition ne sont que
mieux visibles, leur bel effet n'éclate que plus
vigoureusement, isolés qu'ils sont ici de toute
intervention décorative qui détourne l'attention
d'eux.
Le principe de M. Horta est d'éviter la
sécheresse résultant de l'ensemble d'arëtes vives
horizontales et verticales dont une façade se
compose d'ordinaire, en substituant dans un
grand nombre de cas la ligne infléchie à la
ligne droite, la surface cintrée à la surface
plane. Cette idée qu'on pourrait croire à tout
le monde est simplement le germe d'une révo-
lution dans l'architecture. Quel que soit le
sort que l'avenir réserve au détail décoratif
très-personnel, trop personnel peut-être de M.
Horta, sa conception d'ensemble restera.
Voyez sa maison de la rue de Turin, à Bru-
xelles. Du rez-de-chaussée au troisième étage,

la façade forme non, comme c'est l'habitude,
un plan sur lequel l'encorbellement central,
excroissance énorme, se profile durement,
mais une surface délicatement infléchie dont
il serait impossible de détacher quoi que ce soit
par la pensée. Au-dessus, en-dessous, aux deux
côtés, la surface redevient plane; et la transition
du cintre au plan est si bien ménagée, tout cela
se fait si imperceptiblement, qu'en quelque
point que l'oeil s'arrête, c'est comme une caresse
qu'il reçoit. Entre une telle façade et celle
composée suivant les habitudes ordinaires du
tire-ligne, il y a la même différence qu'entre
la toile à sac et le velours. Cette chose dont
l'idée paraît si naturelle à l'entendre énoncer,
et l'est en effet, comme toutes les idées fécondes,
est faite avec une habileté merveilleuse. La
masse de la façade devient une masse modelée
comme on ferait de la cire pour un petit
objet; cela, sans que les caractères de construc-
tion soient affaiblis en aucune façon. C'est
cette délicatesse sans précédent dans une façon


V. HORTA ESCALIER, 12. RUE DE TURIN
A BRUXELLES ccccccccc

210
loading ...