L' art décoratif: revue de lárt ancien et de la vie artistique moderne — 2,2.1900

Seite: 103
DOI Heft: DOI Artikel: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: 
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art_decoratif1900/0119
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
-sr^gD-JU!N 1900


M. KUNGER (LEtPZtG)

semble que montant au-dessus de la rue, les
gens seraient exempts de la tentation; certes,
avec d'amusantes lumières, le groupement sur
les terrasses de travailleurs se reposant la journée
Unie serait pittoresque, et il faut espérer que
les architectes de ce futur Palais du peuple qui
sera chez nous une chose si nouvelle, voudront
adopter cette mode renouvelée, du toit en ter-
rasse de bien-être, où les ondées sont résorbées
par un sol artificiel ou dirigées de façon à ne
pas nuire, et qui leur éviterait la coupole ou
le dôme déjà bien utilisés pour d'autres et
différents monuments. Les plates-formes de
plaisir se tiendraient avantageusement devant
les plates-formes de désespoir, que les déses-
pérés choisissaient pour se précipiter dans la
mort, et la ville de Paris, si cet usage se géné-
ralisait, aurait tout l'été sa tête couverte d'une
couronne florale. GUSTAVE KAHN

EX-UBRIS ALLEMANDS')
Ta série d'ex-libris reproduite ici a été choisie
parmi ceux, déjà nombreux, faits par les ar-
tistes allemands d'aujourd'hui.
L'ex-libris, marque de propriété deslivresd'une
bibliothèque, est une feuille détachée qu'on colle
au revers de la couverture, à l'intérieur. On en a

fait usage dès les premiers temps qui suivirent
l'invention de l'imprimerie par Gutenberg, et sa
fortune artistique a suivi celle des beaux-arts à
travers les périodes qui se sont succédé depuis.
Pour bien remplir son but, l'ex-libris doit porter
le nom du possesseur du livre; un monogramme
ne suffit pas. Le dessin doit avoir un rapport
quelconque avec la personnalité du possesseur,
sa profession ou la composition de sa bibliothèque.
Il ne doit pas être rendu énigmatique par un
symbolisme trop obscur, ni compliqué par une
trop grande surcharge d'attributs. Enfin, il doit
contribuer à décorer le livre, partant, n'être pas
un croquis imparfait, ni une fantaisie de mauvais
goût.
L'ex-libris de Klinger reproduit ici, celui du
D'- Bode (conservateur du Musée de Berlin)
montre l'histoire de l'art, sous la forme d'un
hercule portant sur ses épaules l'art antique, l'art
de la Renaissance et l'art moderne à travers les


O. GREtNER (ROME)

t03

i3*
loading ...