L' art décoratif: revue de lárt ancien et de la vie artistique moderne — 3,1.1900/​1901

Seite: 204
DOI Heft: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: 
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art_decoratif1900_1901/0236
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
L'ART DÉCORATIF

quées, et les plus complètes, ont trouvé dans
l'heureuse application des synthèses florales
leur raison de succès.
On a fort goûté les ensembles très juste-
ment compris de MM. Plumet et Selmersheim;
on n'a pas donné moins d'attention aux créations
audacieuses de M. Hector Guimard, qui, dans
une maison de rapport, avait étendu son action
aux moindres ustensiles ménagers; mais la
palme appartient à de Feure, qui a assoupli la
ligne trop anguleuse et trop directe des objets
de l'habitation, dans ses sièges, tables, écrans,
flambeaux et pièces de couverts. Il existe donc
présentement un ensemble de formules nette-
ment affirmées par des artistes de valeur.
Nous allons voir que l'orfèvrerie française
ne s'est pas tenue si complètement à l'écart de
cette rénovation qu'on pouvait le supposer.
C'est une remarque à présenter que même
dans les redites et les rabâchages des styles
Louis XV et Louis XVI, la perfection tech-
nique est arrivée très haut, et cela n'est pas
indifférent en soi. Son action tend de plus en
plus à se généraliser, et il est indispensable que
l'art tendant à reprendre la place prépondérante


PROF. NOVAK ET SA CLASSE PORTE-CARTES


PROF. NOVAK ET SA CLASSE PORTE-CARTES
qui lui est dévolue puisse y trôner sans abdiquer
aucune des suprématies de sa forme. Il n'y a pas
d'Art-Pensée, mais seulement des perfections
établies et concrètes.
Alors que l'action mécanique, toute-puis-
sante dans les autres branches d'industrie,
avait retardé son entrée dans l'orfèvrerie, quand
elle se substitua à la main-d'œuvre personnelle,
elle en modifia les conditions. La plupart des
pièces prirent de cette origine un aspect ano-
nyme et insensible. Mais les progrès du bien-
être, en appelant à participer au luxe individuel
une foule de classes qui s'en étaient peu préoc-
cupées, ramenèrent peu à peu les canons à plus
d'élévation et de mesure. L'équilibre s'obtint
par la substitution, pour les usages ordinaires,
des métaux denses à surface argentée au fer-
blanc et aux compositions à base de plomb; par
la diffusion des ustensiles de galbe choisi et
orné en remplacement des ustensiles d'aspect
vulgaire et de mauvaise entente. Ce déplace-
ment de la clientèle força les orfèvres d'argent
à ne pas se contenter de la différence vénale du
métal employé, mais à rechercher pour les
pièces similaires qu'ils œuvraient une façon
heureuse et de bon choix qui pût les signaler et
les imposer.

204
loading ...