L' art décoratif: revue de lárt ancien et de la vie artistique moderne — 4,1.1901/​1902

Seite: 27
DOI Heft: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art_decoratif1901_1902/0045
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
OCTOBRE 1901

raffiné; exquis, sera accueilli comme ii convient.
Pour voir et apprécier, ies admirateurs auront
tout le temps nécessaire. Il n'en est pas de
même lorsqu'il s'agit d'une monnaie qui doit
dire clairement et d'une façon concise et
sa signification.
MM. Chaplain et Roty ont admirablement
compris cela.
Le talent grave, réfléchi de M. Chaplain a
conçu pour l'avers un profil de République ro-
buste qui sied bien à un régime déjà trente-
naire, tandis qu'au revers un coq lance fière-
ment son salut à l'aurore, symbole de lumière.
C'est plus spécialement la grande semeuse
d'idées qu'est la France que M. Roty a entendu
glorifier : on sait avec quelle grandeur et quel
charme. Sitôt que cette semeuse apparut, ce fut
un enthousiasme indescriptible, presque un
événement national — on ne saluait pas mieux
la Beauté à Athènes.
Chacun s'enquit d'un exemplaire de la mon-
naie nouvelle; les femmes, en dépit de la loi qui
défend de distraire le numéraire, voulurent ac-
caparer la précieuse piécette : elle para des
cols, sous forme de broche, et des poignets, sous
forme de bracelet. Encore aujourd'hui, les col-
lectionneurs se disputent les monnaies au millé-
sime de 1897.
Que sera-ce lorsque la Semeuse apparaîtra
plus grande et visible sur les pièces de cinq
francs? cette dimension favorisera son impor-
tance statuaire, précisera sa signification de
bonne déesse apportant au
monde, avec les idées géné-
reuses, la Paix et la Fraternité.
Volontairement, ces deux
maîtres ont simplifié à l'extrême
la composition de leurs types
monétaires. Ils n'ont pas perdu
de vue le but de la monnaie
qui est de passer de main en
main, d'où nécessité de concevoir
des symboles pouvant résister
aussi longtemps que possible
aux accidents qui activent
l'usure du numéraire.

Le regretté Daniel Dupuis,
à qui furent confiées la com-
position et la gravure des mon-
naies de cuivre, — les plus
exposées à une détérioration ra-
pide,— oublia un peu ces sages

précautions. S'il décora l'avers de ses monnaies
d'une avenante effigie de République coquette-
ment parée de l'olivier, symbole de paix, il ne put
résister au plaisir d'exécuter pour le revers
une composition compliquée, décorative certes
et élégante bien davantage encore, mais peu
lisible et destinée à perdre son attrait après
quelques mois de circulation.
Daniel Dupuis avait tous les dons qui ren-
dent facile et agréable le travail : d'une imagi-
nation vive, spontanée, le symbole surgissait
immédiatement en son esprit, et sa main habile
n'avait dès lors qu'à suivre la conception de
son cerveau. Aussi ses œuvres, si nombreuses
et diverses, se recommandent-elles par une va-
riété, une spontanéité d'un charme extrême.
Reprenant une expression appliquée au fécond
Claude Monet, on peut dire de Daniel Dupuis
qu'il modelait comme l'oiseau chante : natu-
rellement.
Médailles officielles, plaquettes religieuses,
effigies de savants, portraits d'amis, fantaisies
d'artistes se sont succédé pendant sa trop
courte existence avec une rapidité qui tient du
prodige. Et, ici comme là, c'est toujours une
invention heureuse, une abondance de détail
qui dénote une richesse d'imagination jamais en
défaut. Qualité, certes, mais danger quelquefois,
car on se prend à regretter pour telle œuvre
qu'il n'y ait pas eu plus de réflexion, d'effort,
d'âpreté, bref, tous ces longs et laborieux tâton-
nements, si émouvants chez M. Chaplain et qui


L. PATEY PORTRAIT DES PARENTS DE L'AUTEUR

27
loading ...