L' art décoratif: revue de lárt ancien et de la vie artistique moderne — 4,1.1901/​1902

Seite: 30
DOI Heft: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art_decoratif1901_1902/0048
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
L'ART DÉCORATIF

derne, trop vaste, trop chargée de dômes et de
frontons, et sans échelle avec l'entourage qu'elle
écrase.
On voit à l'Ecole des Beaux-Arts, dans la
salle où sont conservées les cires originales des
premiers prix de gravure en médaille, une
œuvre exquise Un adulte au front intelligent,
à l'anatomie puissante et harmonieuse, les deux
bras appuyés sur l'un des mancherons d'une
charrue, songe. Plus loin deux bœufs couchés
se profilent sur la campagne paisible. Tout est
lumière, espoir. La terre que vient de fouiller
le soc de la charrue est féconde. Et cependant
une indicible mélancolie s'épand sur le tout,
courbe l'homme puissant. C'est que du sillon,
laborieusement fouillé, a surgi la mort : un
crâne, épave des combats passés, des généra-
tions disparues, est venu rouler aux pieds du la-
boureur, dont la silhouette tout à l'heure si Hère
se découpait ainsi qu'une statue sur l'éther bleu.
L'œuvre est signée du médailleur Patey,
qui avait, en cette année 1881, à interpréter pour
le concours de Rome ce passage des Géorgiques
de Virgile, ainsi traduit par le bon Delille :
Un jour le Laboureur dans ces mêmes sillons
Où dorment les débris de tant de bataillons,
Heurtant avec le soc leur antique dépouille,
Trouvera sous ses pas des dards rongés de rouille,
Entendra retentir les casques des Héros,
Et d'un œil effrayé contemplera leurs os.
i Reproduite dans notre ouvrage : Z.M
/VA /VAAz*^, r/z ?;A(/az7/g
/a /ozzz/zz/z'ozz <Zzz /VA* /?o?w. Librairie
Larousse, 1896, in-8".


P. VERNON
Déjà dans ce morceau de concours se
trouvent toutes les belles qualités de poésie,
d'émotion et de vérité qui, en surplus d'admi-
rables connaissances techniques, assurent à cet
artiste une si haute place parmi les médailleurs
contemporains.
Alors que d'autres se laissent aller à toute la
séduction de leur imagination, il y a en M. Patey
comme un retour en lui-même, une crainte du
hasard heureux qui assurent à ses œuvres toute
l'autorité dont bénéHcient les choses cherchées
et voulues.
Quoi de plus simple, de plus émouvant, par
exemple, que les deux Hgures qui décorent à
l'avers et au revers la médaille offerte au duc
d'Aumale par les habitants de Chantilly? Une
attitude, un geste sufRsent
pour rappeler la patrie
absente, la gratitude d'une
foule Hdèle au bienfaiteur
magnanime.
Souvent aussi, la
contemporanéité tente M.
Patey, et ce sont des gens
de notre époque qu'il met
en scène dans les pla-
quettes exécutées pour la
Caisse d'épargne duRhône
et le Centenaire de la fon-
dation du Conservatoire
national des Arts et Mé-
tiers. Et alors, quel heu-
reux agencement du sujet,
avec quel naturel se pré-
sentent les personnages !


3o
loading ...