L' art décoratif: revue de lárt ancien et de la vie artistique moderne — 4,1.1901/​1902

Seite: 215
DOI Heft: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art_decoratif1901_1902/0251
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
FEVRIER H)02

ressort, en art noweuM (pour parler comme les
programmes) et en excluant l'imitation des styles
anciens. Ce fait, fait ressortir à l'évidence que le
courant qui pousse les arts appliqués vers une
transformation complète est irrésistible, et que
le moment n'est plus éloigné où ceux qui per-
sistent encore à s'enfermer dans les formules an-
ciennes seront emportés à leur tour par ce cou-
rant.
Pour satisfaire au très louable désir des cor-
porations, qui témoignent ainsi de l'esprit de
progrès qui les anime, de susciter des idées dont
elles puissent tirer bon parti pour renouveler
leurs modèles, les concours sont-ils bien le meil-
leur moyen? Cela ne nous parait pas bien cer-
tain. Nous n'entendons pas dire que les concours
ne soient pas une institution à encourager. Ils
provoquent entre les jeunes artistes qui y pren-
nent part, une heureuse émulation, et ont plus
d'une fois fait sortir de beaux talents de l'ombre.
Considérés comme exercice et aide pour les
jeunes gens, on ne peut qu'y applaudir. Mais s'il
s'agit — comme dans le cas des corporations
dont nous venons de parler — d'obtenir un ré-
sultat directement utilisable, de trouver les indi-
cations d'une orientation nouvelle, on doit ad-
mettre que l'on irait plus sûrement au but en
s'adressant aux artistes reconnus capables d'idées
neuves et surtout, doués d'un goût assez pur
pour qu'on ne risque pas, en les suivant, de
s'engager dans de fausses voies.
C'est une question sur laquelle nous aurons à
revenir. En attendant, félicitons la Chambre
syndicale des Miroitiers, qui vient d'ouvrir un
concours ayant pour but la composition et l'or-
nementation des objets suivants, où la miroite-
rie et le stuff doivent occuper la place prépon-
dérante.
Les dessins doivent être remis au Secrétariat
des Chambres syndicales, 3, rue de Lutèce;
l'exposition se fera à cette adresse.
Les dessins à fournir sont :
t° Cadre de glace pour cheminée (mesurant
environ 2to et t3o d'extérieur).
2" Miroir (mesurant environ [40 et qo exté-
rieur).
3° (Un des objets suivants au choix des concur-
rents) :
Paravent (3 ou 4 feuilles), console, tahlc cor-
sole, glace dans panneau sur lambris, écran sur
pieds, étagère ornée de glace, coiffeuse, jardi-
nière, applique, trumeau, cartel ou baromètre
avec console, psyché ou toute autre glace mo-
bile à une, deux ou trois feuilles, caisson à ri-
deaux, galerie, table à bijoux, vitrine, bordure
pour tableau, guéridon.
Les concurrents devront tous présenter trois
dessins d'ensemble des objets désignés ci-dessus,
le n° i et le n" 2 obligatoires, et un dessin n" 3
au choix.

Ces dessins accompagnés de plans, élévations
et profils nécessaires à l'appréciation du jurv.
Le tout à l'échelle de o"',25 par mètre.
Les projets seront inédits et ne seront admis
que traités en art nouveau.
La facilité d'exécution industrielle et l'accessi-
bilité du prix de revient seront particulièrement
pris en considération.
Cette exécution devra de préférence être obtenue
par le moulage ou la gravure sur structure en
bois, comme cela se pratique dans la miroiterie.
Toute latitude est pourtant laissée aux artistes,
y compris l'ornementation polychrome.
Le mode d'exécution sera indiqué par les can-
dicats.
Les projets seront jugés par un Jury composé
de deux architectes, deux décorateurs et trots
miroitiers, qui se réservera le droit d'éliminer
les projets présentés, qui ne rempliraient pas les
conditions du Concours.
Si l'insuffisance des projets était constaté par
l'unanimité des membres du Jurv, celui-ci se
réserverait le droit de proroger de deux mois, la
durée du Concours pour lui permettre de faire
un nouvel appel à de nouveaux concurrents.
Dans ce cas, la décision serait prise par le
Jury à l'expiration des deux mois, en faisant
entrer en ligne tous les envois reçus depuis l'ou-
verture du Concours, et les prix seraient attribués
quel que soit le résultat.
Les récompenses accordées à la suite du
Concours consistent en tb primes :
t de 400 francs
t de 3oo H
2 de 200 n
q de too «
4 de x
4 de 3o x
Les projets primés resteront la propriété de la
Chambre Syndicale qui s'en réserve seule le
droit d'exploitation industrielle, et la reproduction
dans les revues ou publications artistiques.
Les projets présentés seront exposés à la suite
du Concours.

Y ns MORTS. — Il vient de mourir à Saint-
! Geoire (Isère), où il vivait depuis longtemps
retiré, un artiste qui, presque tombé dans
l'oubli aujourd'hui, a pourtant été, il y a une
trentaine d'années, un promoteur. Nous vouions
parler de Laurent .Bouvier ; car, à côté de son
oeuvre de peintre, très estimable (nous citerons,
parmi ses toiles, Le 7h*ir;en:p.s', et le panneau
décoratif de La Cértntn'^ite), il a participé à la
renaissance de la poterie, à côté de Bracquemond
et de Cazin. Plusieurs de ses pièces, d'un décor
si intéressant, inspiré des arts persan et japonais
que l'on découvrait alors, mais conçu dans un
sentiment très personnel, ont figuré à l'Expo-
loading ...