L' art décoratif: revue de lárt ancien et de la vie artistique moderne — 4,1.1901/​1902

Seite: 249
DOI Heft: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: 
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art_decoratif1901_1902/0289
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
MARS 1902

datent de l'époque impériale romaine. On se
rappelle, en particulier, ces coupes ceintes
d'une couronne, très puissamment modelée
dans le métal, d'olivier ou de laurier : ne

pourrait-on pas se faire illusion sur leur
compte, et les attribuer à la renaissance ita-
lienne, — ou même à notre art de ces der-
nières années; — et je sais que l'erreur




IVOIRES, POINTE DE FLËCHE
même a été commise au profit de nos
contemporains, et qu'un amateur, qui n'était
pas sans éducation, en avisant des copies
dans une exposition récente, en loua le
charme imprévu et la nouveauté d'esprit.
Je pourrais citer d'autres exemples, sur
lesquels notre perspicacité aurait le droit de

GARDES DE SABRE
s'égarer sans être taxée d'ignorance : d'époque
en époque, chez les cerveaux créateurs, il se
rencontre vraiment une similitude d'orienta-
tion, une identité de situation vis-à-vis de
la nature inspiratrice: l'art nouveau véri-
table est un art éternel.
Et de fait, en présence des objets japo-

3n

349
loading ...