L' art décoratif: revue de lárt ancien et de la vie artistique moderne — 4,1.1901/​1902

Seite: 256
DOI Heft: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: 
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art_decoratif1901_1902/0296
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
L'ART DECORATIF

frêne nous donnait des dessins d'orfèvrerie ornée
avec sa distinction habituelle, M. Goionna nous
envoyait ceux d'«articies de Birmingham)', tels
qu'un artiste du goût le plus sûr peut seul les
tracer.
Entre les pièces du service de M. Dufrêne, je
crois qu'on préférera le sucrier, où la décoration
fait corps avec l'objet plus intimement que dans
les autres pièces. C'est aussi dans celle-là que
le choix du galbe est le plus heureux. Dans le
couvert que M. Dufrêne a joint au service, le

profil est aussi tout à fait élégant; la mollesse
que la courbe continue, ordinairement employée
pour le plat, communique à la forme, est évitée
adroitement, sans que ce profil en devienne le
moins du monde anguleux. Le modelé décoratif
aussi est on ne peut mieux compris.
C'est surtout dans les ustensiles en métal que
le galbe fait la beauté, bien plus que la décora-
tion. La vogue des beaux ustensiles en cuivre
de Benson témoigne que malgré le penchant du
Français pour le fleuri, nous subissons l'empire


JARDtNIÈRE EN ARGENT Photographie par autorisation de M. Aubtanc.
PAR PHILIPPE WOLFERS représentant de M. Wolfers pour la France

de la pureté de la forme quand nous la rencon-
trons; le malheur est qu'elle se rencontre rare-
ment. Les pièces du service dessiné par M. Co-
lonna sont admirables à cet égard. On y cri-
tiquera peut-être le parti de l'anse retournée
systématiquement par-dessus le vaisseau; je crois
qu'il faut se méfier de l'habitude déroutée par
ce parti, et ne porter le jugement qu'après essai,
puisqu'il s'agit d'un point purement pratique.
Laissant cette question de côté, le dessin montre
des galbes d'une beauté magistrale: le mot n'est
pas de trop. Les formes dans lesquelles, à la
recherche du caractère, l'artiste garde pour prin-
cipe les grandes lignes calmes comme celles-ci
resteront toujours, je crois, les plus nobles.
Un autre dessin de M. Colonna montre une
coupe d'honneur qui surprend d'abord un peu
par la forme des anses, qui sont en même temps
les supports; disposition cependant très logique

dans un objet d'apparat et de grande dimension.
L'ornementation de cette coupe est très person-
nelle; elle rappelle les recherches ornementales
faites par M. Colonna — circonstance peu
connue — à une époque déjà lointaine, où fort
peu d'artistes s'occupaient des innovations qui
les passionnent en grand nombre aujourd'hui.
Aux dessins de M. Dufrêne et de M. Colonna,
on a joint ici la reproduction d'une jardinière
en argent de M. Philippe Wolfers, dont les bi-
joux furent si remarqués au Salon de l'an der-
nier. D'une forme originale et plaisante, cet objet
sera d'un bel effet dans un salon ou sur une
table couverte. On y retrouve la fougue d'ima-
gination, au tour plutôt puissant que délicat de
l'artiste bruxellois. M. Wolfers a fait plusieurs
jardinières de ce genre, en diverses dimensions
et avec diverses variantes.
G. M. JACQUES.

256
loading ...