L' art décoratif: revue de lárt ancien et de la vie artistique moderne — 5,1.1903

Seite: 11
DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: 
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art_decoratif1903/0026
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
JULES CHERET


Son eurythmie croit en
raison directe de sa fou-
gue. L'adorabie rideau
de théâtre fait pour la
petite scène du musée
Crévin mi est mm nou-
velle preuve. Placé là dis-
crètement, sans avoir
figuré au Salon, selon la
modestie coutumière de
l'artiste, c'est une des plus
belles choses d'art que
l'on puisse voir à Paris que ce rideau où,
sous une large 1mm d'or triomphait dans
le sombre azur, la troupe joyeuse et ner-
veuse des créatures favorites du peintre se
groupe en un bouquet où il s'est plu à
intensifier l'éclat de son coloris jusqu'au
degré suprême de son expansion.
Cette sagesse foncière, cette innéité de
l'équilibre, ce choix de thèmes allégoriques
très simples permettant le développement à
l'infini des combinaisons rythmiques du
corps, ces dons n'ont pas seulement fait de

Chéret U tvpe de
l'artiste moderniste,
et le plus étonnant
applicateur de la
technique impres-
sionniste à l'art mu-
ral pour lequel elle
est coneue plus en-
core que pour U
tableau; ils ont fait
de lui l'homme
destiné à prouver,
plus nettement que Renoir encore, et plus
que Monticelli trahi par le destin, les ré-
férences que la peinture antiacadémique
a trouvées depuis i8yo dans la tradition
française du XV11R siècle. L'œuvre de
Chéret marquera pour la critique une
date significative dans l'histoire du retour
de notre peinture actuelle au classicisme
autochtone, si profondément distinct de l'a-
cadémisme qui a voulu s'y substituer et en
couvrir ses erreurs. L'œuvre de Chéret,
claire, logique, exempte de tout élément
loading ...