L' art décoratif: revue de lárt ancien et de la vie artistique moderne — 5,1.1903

Seite: 85
DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: 
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art_decoratif1903/0106
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
THEO VAN RYSSELBERGHE

pourquoi it a été pointiiliste et pourquoi ii
n'a pas cessé de l'être.
Cette prudence initiaie, cette logique fon-
cière ont permis à l'artiste d'atteindre à une
extreme intensité de valeurs, à des harmo-
nies très vives, sans jamais tomber dans
l'exagération, sans quitter l'orientation na-
turelle de son art, sans céder au plaisir de

par la pénétrante analyse du caractère, par
le sentiment de l'intimité, et surtout par la
sincérité et la simplicité large qui sont les
dominantes de toute l'œuvre du peintre.
Ses portraits peints ou dessinés d'après son
grand ami Emile Verhaeren constitueront la
plus curieuse et la plus sérieuse iconogra-
phie d'un poète moderne. La tête maigre,


Le Lïé


barioler des toiles en laissant fléchir le des-
sin, en versant dans l'à-peu-près et dans
t'excuse du ragoût de couleur, comme l'ont
fait trop de récents impressionnistes ou-
bliant la grande logique, le classicisme réel
qui supporte la fantaisie et la féerie d'un
Monet ou d'un Renoir. Dessinateur sou-
cieux de la ligne et ne se contentant pas de
dessiner avec la couleur, M. Van Ryssel-
berghe révéla tout de suite une faculté dé-
corative qui reparaît même dans ses plus
simples portraits. Ceux-ci compteront cer-
tainement dans ses meilleures productions.
Ils forment une considérable série de pein-
tures, de pastels, d'eaux-fortes et de crayons.
Ils sont remarquables par la sûreté du trait,

tourmentée, aux traits creusés, aux yeux
proéminents et clairs selon lés caractères des
mystiques, aux longues moustaches blondes
et tombantes, est analysée avec une patience
et une force extrêmes, de profil, de face,
seule ou surmontant le corps qui surgit à
la table de travail parmi les papiers, les vo-
lumes et les bibelots. L'exactitude absolue
de la moindre ride n'empêche jamais l'efh-
gie de rester délibérément large, enlevée de
verve et profondément révélatrice de l'àme
hère, ardente et grave du modèle. Émile
Verhaeren est là tout entier, passionné et
modeste, méditant et nerveux, las et violent,
inquiet et serein, synthétisé dans toute sa
psychologie de Septentrional mystique, fruste,

85
loading ...