L' art décoratif: revue de lárt ancien et de la vie artistique moderne — 5,1.1903

Seite: 125
DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art_decoratif1903/0149
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
LES DESSINS DE LUCIEN MONOD

U sûreté du contour, le dessin de l'artiste
éveille le souvenir de nos maîtres du
XVIIU siècle. La tradition se retrouve, mais
une grâce nouvelle s'épanouit ; c'est du
Fragonard moderne que l'on nous donne.
Une sveltesse, une liberté dans le mouve-
ment, un air de visage, qui sont bien d'au-
jourd'hui, font de ces œuvres des morceaux
où l'on reconnaît le caractère de notre
temps. Nous laisser de la beauté contempo-
raine des images analogues à celles qui nous
restent des maîtres galants du XVIIL siècle,
où la femme nous révèle les charmes que
l'on appréciait alors en elle, c'est là ce qu'a
tenté Lucien Monod. Et louons-le de ce
que ses études restent de sérieux modelés
d'après le corps vivant, oh transpire sans
doute le sentiment de l'artiste, épris des
formes caressantes et jeunes, mais qui ne
visent pas à l'anecdote amoureuse, au sujet
libertin. Cela reste de l'art de recherche,
où l'auteur veut lui-méme approfondir da-
vantage le jeu des muscles sur l'ossature,
saisir l'expression changeante sous l'infinie
mobilité des attitudes.
Le dessin d'académie demeure la forte
école des artistes, celle où leur métier doit


sans cesse se retremper, car c'est là qu'ils
sont directement aux prises avec la vie, dans
toutes les manifestations de l'organisme hu-
main. Aucune maladresse ne peut se dissi-
muler ici dans un arrangement heureux,
aucun défaut de construction ne disparait
sous l'épaisseur d'une draperie. C'est au plan,
loading ...