L' art décoratif: revue de lárt ancien et de la vie artistique moderne — 5,1.1903

Seite: 201
DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: 
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art_decoratif1903/0230
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
LA PEINTURE AUX SALONS
(DEUXIÈME ARTICLE)

T E goût de la nature et de la vie, qui
[ ^ revient heureusement dans nos généra-
tions de peintres, pousse toute une classe de
nos artistes vers une peinture copieuse et
franche, en pleine pâte, et montée de cou-
leurs. Il y a quelques années — et l'on en
sent encore les traces dans bien des coins
du Salon, —
la vogue était
à une pein-
ture anémiée,
effleurant à
peine la toile,
et les raffine-
ments du co-
loristeallaient
jusqu'à la dë-
coloration,
c'est-à-dire à
l'abolition
mêmedusen-
timent de cou-
leur. Ce sen-
timent cons-
titue avant
mut le pein-
tre, en même
temps que la
joie de mé-
tier qui con-
sisteàmodeler
dansdes pâtes
onctueuses.
Félicitons-
nous de vmr
la santé revenue dans la peinture. La percep-
tion de la lumière, de l'atmosphère, de l'en-
veloppe, n'empêche pas d'observer des har-
monies puissantes, des valeurs contrastées.
Sous un apparent mérite de délicatesse, lors-
que toutes les tonalités sont délibérément
affaiblies, tous les rapports de tons peuvent
être aisément faussés. La maladresse et l'in-
exactitude d'observation se dissimulent; à la
faveur de cet effacement de la couleur, tout
réussit à l'harmoniser.

Corot disait que la brume est au paysage
ce que la voilette est à une figure de femme;
en l'atténuant, elle en augmente le charme
d'une sorte de mystère. Mais l'intrigue ne
peut durer qu'un instant; le visage qui res-
terait toujours voilé ne nous intéresserait
plus; et l'on aime mieux y découvrir des

irrégularités, des imperfections, mais du
moins en pénétrer davantage le caractère.
Peut-être faut-il moins de temps aujour-
d'hui à une école de peinture, pour s'impo-
ser, qu'il y a un demi-siècle ou même vingt-
cinq ans. Ou plutôt, au milieu des principes
divers qui se combattent et qui se mani-
festent à la fois, peut-être toute doctrine
sérieuse et cohésive est-elle plus assurée
d'être comprise et respectée. Car il a suffi
de quelques années à la peinture robuste


L. RIDEL L<2rg*e

26

20 I
loading ...