L' art décoratif: revue de lárt ancien et de la vie artistique moderne — 5,1.1903

Seite: 235
DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: 
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art_decoratif1903/0266
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
LES OBJETS D'ART
AU SALON
(SOCIÉTÉ NATIONALE)
PREMIER ARTICLE
ÎL est dangereux d'épiloguer sur les Salons
i et de chercher en eux une signification
qu'ils ne peuvent avoir. On est toujours
tenté de parler de ces fêtes annuelles comme
si elles offraient le résumé de douze mois
d'efforts artistiques; on leur demande des
indications sur l'orientation des idées, sur
le groupement des tendances en art. C'est
comme si l'on raisonnait de l'histoire de
France d'après les garden-parties de l'Ely-
sée... Les Salons ne sont pas et ne peuvent
pas être autre chose que des fêtes, des fêtes
dont l'accès est difficile et dont les bonnes
places sont louées d'avance. Leur assistance
se compose en grande partie de privilégiés,
de «gens arrivés)), par leur mérite ou par
l'ancienneté; ce n'est pas là ce qu'il faut
pour juger une époque, ni même ce tout
petit fragment d'époque, — une année.
Si l'on jugeait la situation de l'art dit
«appliqué)) d'après le contenu des Salons,
l'impression, sans être défavorable, manque-


nt''" M. DE FÊLICE Æoùe & pondre

rait de netteté et d'accent. Pour nous dont
c'est la profession de voir des artistes tous
les jours, — de ceux qui vont aux Salons et
de ceux qui n'y vont pas, —- de les interro-
ger, de connaître leur idéal, leur ligne de
conduite, leur but, les Salons donnent un
effet de flou, de confus, d'hésitant, qui nous
déconcerte d'autant plus que nous ne le
rencontrons jamais dans la réalité. Et c'est
facile à comprendre : toute l'année, nous al-
lons aux tendances nettes, aux idées qui
s'affirment, aux œuvres qui comptent; aux
Salons, nous trouvons trop d'œuvres qui ne
comptent pas, et trop d'efforts qui s'égarent
dans une voie fausse, ou qui hésitent entre
la bonne et la mauvaise. Donc, pas de con-
clusion possible.


L. BONVALLET Dl'nanderi'e

2 3 5
loading ...