L' art décoratif: revue de lárt ancien et de la vie artistique moderne — 5,2.1903

Seite: 173
DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art_decoratif1903a/0197
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
CHARLES GUÉRIN

seulement entre leurs mains l'éventail ou le
cerceau, qui est pour elles un jeu de grandes
dames. Leurs yeux sont cernés, la chair bis-
trée, et leur gracilité un peu maladive et
pesante.
Tous ses tableaux sont conçus dans une
harmonie de printemps vert qui mûrit en
été; et l'été, le plein midi sont les lumières,

Les cheveux acajou et les couleurs des toi-
lettes prennent un flamboiement ; les plis et
les rubans multipliés, les ombrelles et les
causeries face à face, les lentes marches
aussi semblent faites pour déplacer de l'air,
cela composé dans ce beau sens de prome-
nade paisible, de circulation, de respiration
qui met une âme aux œuvres de M. Guérin.


Le jLnL'n <3Mur ro^e^

tamisées des nuages, que recherche logique-
ment M. Guérin. La vie, intense, est alors
un peu en suspens; les arbres retombent en
pluie; l'atmosphère électrique met de beaux
frottis aux feuillages embués. C'est la mélan-
colie d'une lumière ayant le lustre du taffe-
tas; le ciel est une étoffe un peu usée; le
temps et le jour sont des soies pâlies.
Charles Guérin aime peindre l'été, il sait la
poésie de l'éventail contre des joues rou-
gies et des yeux cernés de fatigue estivale.

Il s'élève à l'horizon une poussière de cou-
leurs, balayée, dirait-on, par ces robes en
éventail.
* " *
C'est l'étude de ce que l'on appelle
natures-mortes, heurs et fruits, qui a incité
M. Guérin au goût des colorations vivaces
et pleines de sève. Des lumières de heurs,
de feuilles et de fruits tuyautent les plis des
robes, vernissent les visages comme elles tei-

iy3

23
loading ...