L' art décoratif: revue de lárt ancien et de la vie artistique moderne — 5,2.1903

Seite: 174
DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art_decoratif1903a/0198
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
L'ART DECORATIF

gnent les arcades et mouillent les pavés de
marbre. Les robes de ses personnages, épa-
nouies comme d'être arrosées aux jardins,
ont des craquelures vertes de feuilles, des
coruscations de corolles lilas et saumonées;
il traîne dans les chevelures des lueurs
blanches de Heurs d'oranger; il y a comme

dent du ciel, les jupes rondes débordent les
tailles minces. Le corps est chargé de la
toilette, la toilette est chargée de plis ; les
rubans et les dentelles sont chargés de cou-
leurs qui retombent en traîne. Les tailles se
dressent pour alléger la robe; les visages se
cambrent pour soutenir le poids du cha-


Aor?r<3z't

du cambium de houx pourpré aux tresses
acajou : ses couleurs sont d'un ton élec-
trique. Humide et gonHée de lueur, — cer-
taines soies de ruban vert-bouteille ayant
même la transparence et la convexité du
verre, — sa couleur est chargée du mouve-
ment qu'elle recèle.
Et l'harmonie des lignes rondes répond
à l'harmonie gonHée des couleurs. Les Heurs
débordent des corbeilles, les ombrelles des
balustrades des terrasses, les arbres débor-

peau; et, pour que la lumière fasse le tour
des toilettes, les femmes évoluent en ronde
bruissante. Et elles montent ainsi les mar-
ches avec leurs robes qui descendent en
escaliers de plis. Ceux-ci ne sont point
chez lui des lignes brisées, mais plutôt
des ondulations. C'est la ligne courbe
qui se retrouve partout, car elle comporte à
la fois le mouvement et la majesté. Il re-
cherche constamment cette antithèse : dans
le caractère moral de ses M anciennes jeunes

'74
loading ...