L' art décoratif: revue de lárt ancien et de la vie artistique moderne — 6,1.1904

Seite: 158
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art_decoratif1904/0200
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
L'ART DÉCORATIF

s'acharnant sur la dépouille d'un pauvre pé-
lican. Mais avant d'essayer un mouvement
aussi osé, il a exécuté une étude très poussée
de l'étrange singe, observé dans une pose
simple, sur ses quatre pattes. Je connais
quelques amateurs qui ont été assez satis-
faits de cette étude pour prier son auteur
d'en exécuter quelques bronzes à cire perdue.
Ce seront des raretés lorsque le jeune sculp-
teur sera tout à fait célèbre, ce qui ne sau-
rait beaucoup tarder.
Au prochain Salon, M. Pierre Chris-
tophe compte envoyer, outre le mandrill au
pélican, un groupe de biches, grandeur na-
ture. Il veut fixer la svelte allure des gra-
ciles quadrupèdes, rendre la souplesse de
leurs attaches, les présenter dans le sédui-
sant abandon qu'offrent les hardes, durant les
mois où les maniaques que l'on nomme
chasseurs ne sont pas encore autorisés à les
exterminer.
Durant un séjour de deux années à
l'École des Beaux-Arts, le sculpteur Thomas,
qui est un artiste fort honnête et un pro-
fesseur consciencieux, mais avec des idées
d'une autre époque, dit à M. Pierre Chris-
tophe, alors son élève : « Vous réussissez
mieux les animaux que la figure humaine.))
Ceux qui auront occasion de voir certain
buste de jeune orientale, modelé par Pierre
Christophe, ne seront pas, je crois, de cet

avis. L'œuvre est caractéristique, profondé-
ment vivante. Peut-être sont-ce ces qualités
qui froissent le vieil idéaliste qu'est M. Tho-
mas. Il ne peut comprendre que l'on mette
sur un pied égal l'animal et l'homme, et
que l'on traduise avec la même rigoureuse
exactitude les caractères de l'un et de l'autre.
M. Christophe est trop de son temps
pour n'avoir point été tenté d'appliquer ses
connaissances d'animalier à la décoration.
Il a composé des frises amusantes où des
bêtes se jouent dans le feuillage. Un conci-
liabule de grenouilles est le prétexte d'un
encrier en grès Muller, dont le godet a pour
fermeture un limaçon indiscret. Il a fait
encore bien des choses... pour d'autres. Il
convient de ne s'en point formaliser. C'est
une habitude prise parmi les sculpteurs. La
faute en est aux amateurs qui s'adressent à
des noms et croient de bonne foi que Fal-
guière a pu donner quelques coups de ci-
seaux aux nombreuses répétitions de ses
Diane qui lui ont été commandées.
Si l'on songe à cela, au temps ainsi
«neutralisé)), on trouvera que M. Pierre
Christophe, ce jeune sculpteur de vingt-
quatre ans, qui a déjà exposé à six Salons
des œuvres significatives, méritait bien d'être
signalé à l'attention des curieux de talents
neufs et prometteurs.
CHARLES SAUNIER.


158
loading ...