L' art décoratif: revue de lárt ancien et de la vie artistique moderne — 6,2.1904

Seite: 212
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art_decoratif1904a/0259
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
L'ART DECORATIF

logique évolution qui conduisit ce talent vi-
goureux de l'instinct de jeu qu'exprimaient
les et les ùe Afurzm'er.s' à
la gravité de pensée de la CrmzaL EozT ne
se trouverait point faussée si quelque jour
elle nous présentait, sous la même forme de
force puissante et saine, un nouvel aspect
de l'éternelle humaine mélancolie.
La gravité de cette œuvre s'accuse, et
la grandeur de son geste s'amplifie. Prendre
des thèmes de vie simple, de vie sans pen-
sée, puis des sujets où déjà la pensée s'in-
sinue, pour enfin parvenir à la synthèse
symbolique d'une idée, tel fut le développe-
ment d'un talent qui vint du plus simple
vers le complexe, et qui tend à la fois vers
une expression plus simplifiée de cette com-
plexité. Vers quelle nouvelle et plus ample
expression s'orientera cette âme, nul ne
peut exactement le définir, et dans la quié-
tude où nous sommes d'attendre de nou-

velles œuvres belles, jouissons de ce qui
fut jusqu'alors exprimé.
M"" C. H. Dufau sut atteindre à la syn-
thèse du symbole vivant : l'art ne fut point
pour elle, selon le mot de Richard Wagner,
((l'aveu de notre impuissance à vivre», il
fut au contraire l'expression d'une surabon-
dance de vie. Satisfaisant à la fois ceux qui
sont soucieux de la peinture et ceux qui se
soucient de la pensée, l'œuvre de Dufau
est une leçon d'énergie. Comme ce person-
nage de l'Az/dcwz/ze, élevons au ciel doré la
grappe merveilleuse qu'est l'œuvre entier de
M"' Dufau ; au soleil de l'Idée, les grains
ont affermi leur forme et accusé leur trans-
parence baignée dans la clarté de jeunesse
et de joie, contemplons cette grappe lourde
de pensée et de vie sans nous lasser d'y
saisir le reflet de l'inépuisable nature m
l'expression de son indestructible puissance.
JEAN AUBRY.



2 I 2
loading ...