L' art français: revue artistique hebdomadaire — 2.1888-1889 (Nr. 54-105)

Seite: dv
DOI Heft: DOI Seite: Zitierlink: 
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art_francais1888_1889/0100
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
Deuxième année. — N° 77

LE NUMÉRO : 15 CENTIMES

13 Octobre 1888

L’ART FRANÇAIS

jPLrtistiquc JEÜcbîtomaîuuve

Texte par Firmin Javel

Illustrations de MM. SILVESTRE & Cic, par leur procédé de. Glyptographie

Bureaux : 97, rue Oberkampf, à Paris

ABONNEMENTS.

Paris

un an, 9 francs; six mois, B francs.

— Départements : un an, ÎO francs; six mois, 6 francs.

DÉCOUVERTE DU TEMPLE DE VÉNUS

Nous lisons dans le Courrier de Londres :

« Les fouilles qu’on faisait depuis quelque temps déjà dans File
de Chypre viennent
de mettre entière-
ment au jour le tem-
ple de Vénus aphro-
dite, à Paphos. Ce
temple,d’origine phé-
nicienne, est un des
plus anciens monu-
ments connus. Du-
rant l’époque de la
domination romaine,
il fut deux fois dé-
truit en partie par des
tremblements de ter-
re: une première fois
au commencement
du premier siècle et
une autre fois vers la
fin du second. Cha-
que fois il fut recons-
truit avec une extrê-
me magnificence et
dans le style ancien.

» On remarque dans
l’ensemble de l’édi-
fice une ressemblance
très grande avec le
temple de Salomon,
comme il est écrit
dans le second livre
des rois. Les fouilles
faites au-dessous du
pavé en mosaïque
d’une des cours du
temple ont amené la
découverte de plu-
sieurs inscriptions in-
téressantes , d’une
tète, en marbre, d’E-
ros parfaitement in-
tacte et de plusieurs
fragments d’œuvres'en bronze ou en terre cuite. Deux tablettes
notamment ont attiré l’attention des archéologues; l’une con-
tient une lettre d’Antiochus à Ptolémée Alexandre, l’autre la

liste des gens qui avaient souscrit à « l’Elaïochristian », grande
fête donnée sans doute en l’honneur des dieux.

» Les ouvriers ont également trouvé plusieurs images d’Aphro-
dite, de forme très rudimentaire, et plusieurs spécimens curieux

de l’art grec, entre
autres une tête d’en-
fant, grandeur natu-
relle et en marbre.

» A citer encore un
merveilleux spéci-
men d’orfèvrerie ar-
tistique. C’est une
épingle à cheveux,
en or fin merveilleu-
sement travaillé, et
terminée à son extré-
mité par un groupe
de quatre têtes'de
chèvres surmonté
d’un autre groupe de
quatre colombes.

» La plupart des
tombes qu’on a dé-
couvertes dans les
environs de Paphos
ont été détruites dans
un temps déjà ancien,
et celles qui sont
aujourd’hui intactes
semblent avoir été
reconstruites à une
époque plus récente.
Les poteries qu’on y
a recueillies ne sem-
blent pas remonter
au delà du septième
ou du huitième siècle.

» L’Ecole anglaise
d’Athènes avait de-
puis longtemps déjà
commencé les recher-
ches relatives à la dé-
couverte de ce tem-
ple. Espérons qu’elle
ne s’en tiendra pas
là et que'les ressources qu’elle demande au gouvernement anglais
ne lui étant plus marchandées, elle pourra continuer ses travaux
et entreprendre de nouvelles, fouilles dans File de Chypre. »

SALON DE 1888

ALEXIS VOLLON. - L\_Osihl.
loading ...