L' art ornemental: revue hebdomadaire illustrée — 1.1883

Seite: 131
DOI Heft: DOI Seite: Zitierlink: 
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art_ornemental1883/0158
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
L'ART ORNEMENTAL. t3,

un hâbleur vénal, intéressé, très plat avec les grands, brutal et cruel envers
les petits. C'est un vilain caractère, un piètre sire enfin, grand artiste à ses
heures.

Il ne sera pas sans intérêt pour nos lecteurs de connaître l'opinion de
Giorgio Vasari sur Benvenuto : « Cellini,citoyen florentin, aujourd'hui sculp-
teur, n'eut point d'égal dans l'orfèvrerie quand il s'y appliqua dans sa
jeunesse, et fut peut-être maintes années sans en avoir, de même que pour
exécuter les petites figures en ronde bosse et en bas-relief et tous les autres
ouvrages de cette profession. Il monta si bien les pierres fines et les orna

de chatons si merveilleux-, de figurines si parfaites et quelquefois si
originales et d'un goût si capricieux que l'on ne saurait imaginer rien de
mieux. On ne peut assez louer les médailles d'or et d'argent qu'il grava
étant jeune avec un soin incroyable. Il fit à Rome pour le pape Clément VII
un bouton de chape dans lequel il représenta un l'ère éternel d'un travail
admirable. Il y monta un diamant taillé en pointe, entouré de plusieurs
petits enfants ciselés en or avec un rare talent, ce qui lui valut outre son
salaire une charge de massier. Clément VII lui avant commandé un calice
d'or dont la coupe devait être supportée par les Vertus théologales, Benve-

nuto conduisit presque entièrement à fin cet ouvrage qui est vraiment
surprenant. De tous les artistes qui, de son temps, s'essayèrent à graver
ces médailles du pape, aucun ne réussit mieux que lui, comme le savent
très bien tous ceux qui en possèdent ou qui les ont vues ; aussi lui confia-
t-on les gravures des coins de la monnaie de Rome, et jamais plus belles
pièces ne furent frappées. Après la mort de Clément VII, Benvenuto
retourna à Florence où il grava la tête du duc Alexandre sur les coins de
monnaies qui sont de telle beauté, que l'on en conserve de plusieurs em-
preintes comme de précieuses médailles antiques, et c'est à bon droit, car
Benvenuto s'y surpassa lui-même. Enfin il s'adonna à la sculpture et à
l'art de fondre les statues. Il exécuta en France quantité d'ouvrages en

bronze, en argent et en or, pendant qu'il était au service de François I"'.
De retour dans sa patrie, il travailla pour le duc Cosme, qui lui commanda
d'abord plusieurs pièces d'orfèvrerie et ensuite quelques sculptures. C'est
alors que Benvenuto jeta en bronze Persée venant de couper la tête de
Méduse. Cette statue est sur la place du Duc, non loin de la porte du
palais, sur un piédestal en marbre orné de figurines magnifiques de bronze
de la grandeur d'une brasse et un tiers. Cet ouvrage étudié avec le plus
grand soin dans toutes ses parties est bien digne de la place qu'il occupe
auprès de la Judith du célèbre Donato. 11 est vraiment étonnant qu'après
ne s'être exercé tant d'années à ne ciseler que de petites figurines Benve-
nuto soit parvenu à mener à bonne fin une si énorme figure. On lui doit
loading ...