L' art ornemental: revue hebdomadaire illustrée — 1.1883

Seite: 196
DOI Heft: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art_ornemental1883/0223
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
[96 L'ART ORNEMENTAL.

une rivière. Il était fait d'osier ou de bois recouvert de cuir. Le bouclier
franc présentait le même caractère. Un passage de Grégoire de Tours nous
apprend que les soldats de Sigebert, défaits devant Arles, se sauvèrent en
passant le Rhône à l'aide de leurs boucliers

Au ix." siècle, le bouclier normand ou large remplaça le bouclier franc.
Il était arrondi ou coupé horizontalement par le haut et pointu par le bas.
Souvent le bouclier était concave en dedans. Ce genre de bouclier fut en
usage jusqu'à Philippe-Auguste, où l'infanterie commença à faire usage du
bouclier rond nommé rondache. Les deux armes subsistèrent penda-nt
tout le cours du moyen âge, mais non sans subir de nombreuses modifica-
tions dans la grandeur et dans la forme. La rondache était, en général, de
dimension plus considérable que le bouclier du cavalier. Dans le principe
cependant, elle était presque plane et large de 65 centimètres au plus. Dans

la suite on lui donna une forme convexe ; quelquefois même, mais rarement,
on la lit convexe dans le sens de l'ennemi. Le bouclier du cavalier diminua
de longueur et en même temps son bord supérieur fut coupé horizontale-
ment, ou entaillé de façon à présenter deux échancrures peu profondes :
néanmoins on le termina toujours en pointe inférieurement. Ainsi modifié,
le bouclier du Cavalier reçut le nom d'e'ci/, dérivé du latin scutum. Dans les
marches, le fantassin portait son bouclier suspendu au côté gauche, au
moyen d'une espèce de baudrier; celui du cavalier se portait de la même
manière, cependant on le suspendait quelquefois à l'arçon de la selle. Dans
les derniers temps où cette arme fut en usage, on diminua les dimensions
de la rondache et ce nouveau bouclier servit indistinctement à armer les
cavaliers et les fantassins.

Outre les boucliers ordinaires, ces derniers avaient, pendant les sièges,

-rw«JJi2:!•■■••«^•••v-irs^ï----- - • ■ ......- r • • *r 'f Tr^ïMifir " •

Soupière ovale en argent repoussé, époque louis xvi.
Dessin de Saint-Elmc Gautier.

des boucliers de grande dimension qu'on nommait pavois et ceux qui les
portaient étaient appelés pavesatics ou pavésiès. Ces grands boucliers
avaient la forme d'un carré long; ils étaient solidement construits et leur
partie inférieure se terminait par une pointe qui servait à les planter
en terre. Pendant que des soldats les maintenaient dans une position bien
verticale, les archers et les arbalétriers pouvaient, grâce à l'abri qu'ils leur
fournissaient, éloigner à coups de traits les défenseurs des murailles et per-
mettre aux mineurs d'exécuter sans crainte les travaux de sape.

Les boucliers du moyen âge étaient ordinairement de bois recouvert
de cuir bouilli ou de plaques de fer. L'écu du chevalier était peint à ses
armes. Quand il était de métal, la ciselure était souvent chargée de l'enri-
chir de ses plus délicates arabesques ou même de compositions souvent
fort compliquées comme celle qui recouvre le bouclier que nous repro-
duisons.

Le bouclier paraît avoir disparu des armées d'Europe dans le courant
du xvi0 siècle. En ce qui concerne la France, on n'en trouve plus de trace

après le siège de Saint-Jean-d'Angély, en 1621. Mais il est encore en usage
en Chine, en Perse, en Tartarie et chez tous les peuples sauvages de
l'Océanie.

PETITE CHRONIQUE

— L'Association des Arts industriels de Francfort-sur-le-Mein met au
concours une garniture de cheminée en bronze avec accessoires en marbre,
en bois, etc. Le projet classé premier donnera droit à une prime de
5oo marks, le second à 3oo marks.

Pourquoi n'organiserait-on pas chez nous des concours semblables ?

G. Dargenty.

MAGASIN PITTORESQUE

L'une des plus anciennes et remarquables publications illustrées, le
Magasin pittoresque, qui compte cinquante et un ans d'existence, a com-
mencé cette année une deuxième série plus intéressante encore, si c'est
possible, que la précédente. La réunion des fascicules parus forme un beau
volume illustré par des artistes de grand mérite et rédigé par des écrivains

dont plusieurs sont des illustrations de la science, des lettres et de l'histoire.

Cet ouvrage forme un beau livre d'étrennes.

PARIS. — 39, QUAI DES GRANDS-AUGUSTINS

Pour l'abonnement de 1S84 : 10 fr. pour Paris et 12 fr. pour les
départements.

On peut avoir un numéro spécimen en envoyant 60 centimes en
timbres-poste.

Paris. — Imprimerie de l'Art, J. Rouam, imprimeur-éditeur, 41, rue de la Victoire.

Le Gérant : EUGÈNE VÉRON.
loading ...