L' art ornemental: revue hebdomadaire illustrée — 2.1884

Seite: 41
DOI Heft: DOI Seite: Zitierlink: 
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art_ornemental1884/0046
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
CENTIUL E S LE NUMÉRO

PARIS : 33, avenue de l'Opéra. Paraissant tous les Samedis. BRUXELLES : A. N. Lebégue et C*.

TURIN: Mattirolo Luigi, io, Via Po. Directeur el Rédacteur en chef : G. DARGENTY NEW-YORK : Brentano Brothers.

Paris elDép. : Un m, 5 fr. — Sii mois, 2 fr. 50 ON S'ABONNE SANS FRAIS DANS TOUS LES BUREAUX DE POSTE Union postale : Un an, 8 fr. — Sii mois, 4 fr.

EXPLICATION DES PLANCHES

TaMe. (Bourgogne.)

La table indépendante, dit M. Edmond Bonnaffe, portant sur deux
tréteaux, facile à démonter, à emballer, à réduire en un petit volume,

répondait aux habitudes nomades du moyen âge. Toutefois l'usage s'en
prolongea fort avant dans la Renaissance. En 158g, chez Catherine de
Médicis, on trouve encore des tables « appliquées sur des tréteaux qui se
brisent ». Ces tables se brisaient de deux'manières : les unes se repliaient
latéralement à la façon de nos tables à jeu, les autres portaient des tréteaux
fixés par des charnières et pouvant rentrer à volonté sous le plateau supé-
rieur. Mais à côté de la table volante, facile à manier, il fallait bien créer
un modèle stable, décoratif, en harmonie avec ses nouveaux voisins. Fixer

# Iff jl Ife

Table,

le tréteau sur le châssis supérieur, réunir les deux montants du tréteau par
un patin solide et relier les deux patins extrêmes par une traverse allant de
l'un à l'autre, rien n'était plus facile ; il restait à décorer la ceinture et la
façade extérieure des supports, la seule en évidence, l'intérieur et la tra-
verse devant être sacrifiés, puisqu'ils étaient masqués par les bancs et les
scabelles invariablement rangés sous la table. Sur cette donnée, nos

artistes et Ducerceau le premier ont imaginé les combinaisons les plus
ingénieuses, profilant vigoureusement la ceinture pour la couvrir de
canaux, d'oves et de godrons, dissimulant les montants latéraux sous des
demi-colonnes, des cariatides ou des balustres accouplés par des arcatures,
découpant le patin de mille façons pour l'ajourer et le rendre plus léger,
distribuant partout les vases, les guirlandes, les pendentifs et les mascarons.
loading ...