L' art ornemental: revue hebdomadaire illustrée — 2.1884

Seite: 143
DOI Heft: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art_ornemental1884/0147
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
L'ART ORNEMENTAL.

143

dans un des comptes nourris des dépenses de Marie de Médicis, à la
Bibliothèque nationale, au fonds qu'on appelle : « le Catalogue des Cinq
cents Colbert ».

■ Parmi les artistes nombreux qu'employait la veuve de Henri IV,
figure le nom du jardinier sur le plan duquel fut planté le jardin de L'hôtel
du I^uxembourg que ne décorait pas encore le nom de palais.

Il s'appelait De Camp. Ce modeste artiste qui, en l'année 1612, fut
appelé à « dessigner» les boulingrins et les parterres des nouveaux jardins,
était en outre un excellent botaniste, sachant bien le nom des simples et
connaissant leurs propriétés.

— La Commission des monuments historiques a chargé M. Magne,
architecte, d'organiser au palais de l'Industrie une série de vitraux français

originaux, en y ajoutant les photographies des plus importantes pièces
actuellement en place dans les monuments.

En présence du résultat qu'obtient cette Exposition, un de nos confrères
demande qu'une des salles de nos Musées soit consacrée à l'exposition des
vitraux qui sont actuellement sans emploi, comme ceux exposés en ce
moment au palais de l'Industrie. On reconstituerait ainsi une des pages de
l'histoire de France, car s'il existe un art et une industrie qui soient pure-
ment français, c'est à coup sûr l'industrie et l'art des peintres-verriers. Il y
aurait donc intérêt à créer dans nos Musées une salle de vitraux.

— L'Académie des Beaux-Arts s'est occupée dans sa dernière séance
du legs que lui a fait Henri Lehmann — legs qu'elle a accepté.

Par son testament, il affectait le produit d'une vente de tableaux, livres

v^f Contint (C5 Jitirs *lti«<yroii (£s fin» Aatowpiff Iplïrs avilfts"quâï"^oyïi^^f "*[§|% m. iM

T A P i S S E It I Iv DE L'ANCIEN CHAPITRE d'AuXERRE.

objets d'art, à la fondation d'un prix triennal, devant porter le nom de
Henri Lehmann. Le prix serait attribué « à un peintre n'ayant pas vingt-cinq
ans accomplis, et ayant fait dans les trois ans un ouvrage (tableau ou car-
ton achevé), qui, par le choix du sujet, la composition, le style et l'exécu-
tion, protesterait le plus éloquemment contre l'abaissement de l'art, que
les doctrines aujourd'hui préconisées semblent favoriser. » A défaut de ce
jeune peintre, le prix pourrait être attribué par moitiés, dont l'une serait
remise à un élève dont les études auraient donné l'espoir qu'il deviendrait
apte à remplir ces conditions plus tard, et l'autre à un artiste vieux, infirme
ou nécessiteux, dont le talent se serait autrefois rapproché de ces condi-
tions.

Le secrétaire perpétuel, M. Delaborde, a fait connaître à l'Académie
que les rentes provenant du produit de la vente n'atteignant pas, dans
l'intervalle de trois ans, la somme de 3,5oo francs indiquée par Henri
Lehmann, il y a lieu d'appliquer la clause testamentaire qui prescrit de
surseoir à l'attribution du prix jusqu'à ce que les intérêts aient complété
le capital nécessaire.

En conséquence, le prix Lehmann ne pourra guère être décerné avant
sept ou huit ans.

— Un collectionneur parisien, M. F. de Murât, vient de placer dans
l'exposition rétrospective de la céramique, à l'Union Centrale, une vitrine
renfermant des poteries fort intéressantes pour l'histoire de Paris, et que
le propriétaire va offrir au Musée Carnavalet.

Ces poteries ont été trouvées par M. F. de Murât, en 1870, dans
l'espace compris entre l'avenue de l'Observatoire, la rue d'Enfer et la partie
du boulevard Montparnasse qui a pris le nom de boulevard de Port-
Royal, non loin de l'emplacement d'un ancien temple de Mercure

— Un concours est ouvert entre tous les sculpteurs français pour
l'érection d'une statue à Étienne Dolet. La statue aura 5m,Co de hauteur,
plinthe non comprise. Les concurrents produiront des esquisses au sixième
de l'exécution. Chaque esquisse sera signée de son auteur. Les esquisses
devront être déposées au pavillon, de la Ville (Champs-Elysées), ou en
loading ...