L' art ornemental: revue hebdomadaire illustrée — 2.1884

Seite: 169
DOI Heft: DOI Seite: Zitierlink: 
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art_ornemental1884/0173
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
N" 95. — Deuxième année. flAcvflb, 22 Novembre 1884-

DIX CENTIMES LE NUMERO

PARIS 33, avenue de l'Opéra. Paraissant tous les Samedis. BRUXELLES : A. N. Lebêgue et C'v

TURIN: Mattirolo Luigi, io, Via Po. Directeur et RédiCleur en chef : G. DARGENTY NEW-YORK : Brentano Brothers

PiriselDe'p. : Un m, 5 fr. — Six mois, 2 (r. 50 ON S'ABONNE SANS FRAIS DANS TOUS LES BUREAUX DE POSTE Dnion postale : Un »n, 8 fr. — Sii mois, 4

EXPLICATION DES PLANCHES

Cafetière Louis XIV, en argent.

roseaux, de fleurs, de gaines et de lambrequins sur fond graindorgé. C'est
cette cafetière que nous reproduisons à notre première page.

Ballin est le plus célèbre parmi les orfèvres qui se sont fait un nom
sous Louis XIV. Dès l'âge de dix-neuf ans il avait composé quatre grands
bassins décorés de figures en relief, qui eurent un tel succès, que le
cardinal de Richelieu en les achetant lui commanda quatre grands vases
pour les accompagner. Ballin a fait tous les genres, et il a travaillé pour

L'orfèvrerie, jusqu'aux désastres de la fin du règne de Louis XIV,
manifeste sa puissance, dit M. Jacquemart, par l'abondance du métal et

l'ampleur de ses formes. On Ies églises autant que pour les

admirait, chez le cardinal Ma- châteaux, mais c'est surtout

zarin, les chenets et les bra- ^dÉlla P01'1' Ie somptueux mobilier

siers d'argent, les lustres de ^ËT "$ÈwÊ^ dc Versailles qu'il a été appelé

cristal et d'orfèvrerie, les mi- 3lf___ dËÈnÈÈÏ à d<5pl°yer son talent. « 11 y

roirs garnis de plaques d'or et ■■'^ê^^ê^^ê^ss0U iHSgfff avait la' dit Perrault, dans ses

d'argent. Les villes offraient à jÉ^^^^^^^Ss^L W^^t Hommes illustres, des tables

leurs gouverneurs de grands Jp^afex d'une sculpture et d'une cisc-

bassins, des flambeaux, des ^^^^Sw^' '.:?^':j0^jSÊfiÊÊ^^^y. lllre si admirables, que la

aiguières, ciselés par les artis- ^^jÉ!fr^ ~ I ^^^^ÊbBT^ ^liS^'viift matière, toute d'argent et toute

tes renommés du temps. Ainsi KB£?ip || " -W X^»^ pesante qu'elle était, faisait à

les Lescot furent les initia- S^B 'Wg \Wk peine la dixième partie de leur

teurs du genre. Mais l'homme * JjSS JFw valeur. C'étaient des torchères

deur rêvé par Louis XIV, flfffl^^ï'- 'la i Èu huit à neuf pieds de hauteur,

c'est Claude Ballin. firv^F^ yvjfi^^y^fo /$M pour porter des flambeaux ou

Louis XIV, rapporte • »Ë /Jw des girandoles; de grands

M. René Ménard, prit le goût II" '"^Ê^0^^- ^ \ l/W vases pour mettre des orangers

de l'orfèvrerie lorsque dans w .^^^^R^^^l JiW ct de 8rands brancards pour

était passionné pour ce jeu et Jb f^^^K dcs miroirs' tous ouvrages

plomb eussent été jugés indi- Êt^>^\j Iv ^Ê^km^^^ gance et le bon goût étaient

gnes d'amuser l'auguste en- ; -^^^^^^^^J^^^^^^^^SpHHHH^^ peut-être une des choses du

de Le Brun, reçut pour mis- ^J^c-. t coste, dit Alexis MonteU, alla

du roi. " ' ^^^^^^^^^^^i^^^^^^i^^^ y terminer son apprentissage ;

Berain, qui a fait de si '"""■'SSF" J^aaBU" et, comme il maniait avec une

beaux dessins de meubles et égale habileté le crayon, le

j • • r ■ • , Cafetière en argent, style Louis XIV. , • „„,, -, /■,,,

de tapisseries, a fait aussi des marteau et le ciseau, il lut

modèles d'orfèvrerie. On lui admis chez Ballin et chez De-

doit entre autres la composition d'une cafetière en argent repoussé et
ciselé, dont la forme octogone repose sur un culot sphérique couvert de

launey, qu'il n'appelait pas des orfèvres, mais bien des sculpteurs en argent
et en or. Il avait travaillé avec eux à ces beaux meubles d'orfèvrerie qui
loading ...