L' art ornemental: revue hebdomadaire illustrée — 3.1885

Seite: 81
DOI Heft: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art_ornemental1885/0092
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
N° 126. — Troisième année. <f^ÉE5W>'<«fc» 27 Juin 1885

DIX CENTIMES LE NUMERO

PARIS : 29, cité d'Antin. Paraissant tous les Samedis. BRUXELLES : A. N. Lebègue et O.

TURIN : Mattirolo Luigi, Via Po. Directeur et Rédacteur en Chef : G. DARGENTY NEW-YORK : Brentano Brothers.

Paris el De'p. : Un an, 5 fr. — Six mois, 2 fr. 50 ON S'ABONNE SANS FRAIS DANS TOUS LES BUREAUX DE POSTE Union postale : Un an, 8 tr. — Six mois, 4 fr.

tives de la population toura-

EXPLICATION DES PLANCHES fA "ieunne noire e\'aune qui

V f% i habite encore quelques mon-

Pièce d'argenterie. ^ ''l^^^^^^^^X^f', 'Ç -' cessibles. C'est un-art sauvage

L'origine des habitants ^ ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^A bare. 2° Nous trouvons ensuite"

connue. On n'a que des don- ^^^^^^^^^Ê^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^ créé par les Aryens quand ils

nées très incertaines sur la (i^^^v!^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^ sont venus se fixer dans l'Hin-

tion de^ ^^ ces

tionnaire, comme autrefois en Vi|||P|iljÉ|^ on pourrait joindre une troi-

Égypte et en Assyrie, sans i^^^^^m^^W^^^É$immmm^^^^^^^^^^^^' sième branche hybride- créa-

pouvoir atteindre le haut degré Ww<jm<tittt*iW<*'<t> hhiihi. «*.<«*>£: s ^ " .. s Vl • v\ tion moaerne duc i 1 îr.opor-

de perfectionnement de ^ la ^ S^4^£^&Zm^mMW^§m:p^^mm^m tation européenne, dont Fin-

Grèce, où prédominait la race fluence se fait sentir de plus

aryenne. A une époque plus Pièce d'argenterie, ouvrage du xvii» siècle. (Madras.) en pius jans ja fabrication

récente et après la conquête indigène par suite de la disposi-

musulmane, l'influence arabe ' tion merveilleuse des ouvriers

vint se joindre à ces deux éléments de civilisation. Ce sont là trois facteurs
très importants, dont il faut savoir tenir compte quand on veut étudier
les monuments indiens.

On reconnaît, en effet, trois caractères parfaitement tranchés dans l'art
décoratif indien, pur de tout mélange européen : i° celui des tribus primi-

indiens à imiter les modèles qui leur sont fournis. Mais cette imitation,
que nous Considérons comme désastreuse pour l'industrie indienne, doit
être placée en dehors de l'art lui-même et ne peut prétendre à constituer
une nouvelle variété de l'art décoratif. Il est évident que l'artiste court un
grand danger en oubliant le caractère ornemental de son, pays pour copier
loading ...