L' art ornemental: revue hebdomadaire illustrée — 3.1885

Seite: 106
DOI Heft: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art_ornemental1885/0117
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
io6 L'ART ORNEMENTAL

EXPLICATION DES PLANCHES

Aigle en terre cuite.

Cette magnifique terre cuite a été découverte à Pompei il y a quelques
années, au cours des fouilles que le commandeur Michel Ruggiero a pour-
suivies avec une infatigable ardeur. L'aigle est de grandeur naturelle, d'un
mouvement superbe de vérité et de hardiesse.

La Fortune aveugle ceux qu'elle tient.

-Plusieurs de nos lecteurs nous ayant demandé de reproduire un cer-

tain nombre des dessins contenus dans le Livre de Fortune, sur lequel
nous avons donné quelques renseignements sommaires dans le numéro du
g mai 1885, nous ferons passer successivement sous leurs yeux les compo-
sitions les plus intéressantes de ce précieux recueil.

L'Adoration des Mages.

Panneau central du Dombild à la cathédrale de Cologne.

Le triptyque de la cathédrale de Cologne, le Dombild, qui, après avoir
autrefois orné l'autel de la chapelle du conseil, fut ensuite transporté dans
la chapelle de Sainte-Agnès, est la plus haute création de maître Stephan
Lothner, qui vivait en 1440.

L'œuvre est depuis longtemps célèbre, et, dès le commencement du

xvic siècle, en 15a 1, Albert Durer, se rendant en Hollande, inscrivait sur
son journal de voyage « les . deux pfennings d'argent » qu'il avait dû payer
« pour se faire ouvrir le tableau peint par maître Steffen, de Cologne ».
L'auteur d'un livre publié dans les premières années du xvnc siècle et con-
sacré aux gloires de l'Allemagne, Mathias von Quaden, ajoute même à ce
sujet que, suivant une tradition recueillie par lui, comme on racontait à
Durer que l'auteur du Dombild était mort de misère à l'hôpital, le maître
de Nuremberg aurait répondu qu'il était honteux « qu'un si grand artiste,
l'honneur de Cologne, ait été ainsi méconnu et abandonné par ses compa-
triotes ». Ce propos et l'indication relative à la fin misérable de maître
Stephan ont été récemment confirmés parla découverte, faite aux archives,

de la vente des biens du peintre opérée l'année de sa mort en 1451. Quant
à la date de l'œuvre elle-même, elle n'est pas connue.

Les faces extérieures des volets, quand ils sont fermés, représentent
l'Annonciation de la Vierge.

A l'intérieur, c'est cette admirable Adoration des Mages que nous
reproduisons et qui unit au mouvement des lignes, à la sévérité de la com-
position générale, la richesse du coloris et la variété des épisodes aussi
bien que des expressions. C'est ce beau tableau flanqué de deux autres qui
représentent les deux légendes les plus populaires de l'Allemagne: à droite,
Saint Géréon et ses compagnons, et, à gauche, Sainte Ursule et les vierges
qui lui font cortège.
loading ...