L' art ornemental: revue hebdomadaire illustrée — 4.1886-1887

Seite: 2
DOI Heft: DOI Seite: Zitierlink: 
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art_ornemental1886_1887/0012
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
2

L'ART ORNEMENTAL.

assure le gain d'un lot et constitue, pour le preneur, le titre de Souscrip-
teur au monument Claude Lorrain. Une liste des premiers souscripteurs
sera incessamment publiée.

— Le Musée royal de Peinture et de Sculpture de Belgique vient de
s'enrichir d'une œuvre capitale d'Abraham van Beyeren. Le maître, que
M. Ingres appelait le Raphaël des poissons, n'était pas encore représenté
dans les galeries du Musée de Bruxelles. Ce n'est pas un de ces étals de
poissons si justement admirés par Antoine Vollon, qu'a acquis la Commis-
sion directrice, mais une magnifique toile en hauteur où le peintre s'est
plu à grouper les reliefs d'un dessert.

— Mme Leland Stanford a fait don de sa collection d'œuvres d'art à
la ville de San Francisco, qui l'installera dans un édifice spécial élevé
dans Golden Gâte Parle.

Francisco de Asis qui se trouve sur l'autel principal de la sacristie est un
ouvrage exécuté avec bravoure par Pedro de Mena, sculpteur grenadin.
Cean Bermudez ajoute dans son Diccionario historico que c'était le meil-
leur élève d'Alonso Cano et qu'il l'approchait de près : « son mérite,
ajoute-t-il, était bien connu en Castille du vivant de son maître, à cause
de la très belle statue de saint François exécutée par lui pour la cathé-
drale de Tolède dont le chapitre le nomma son sculpteur le 7 mai 1662 ».

L'autre Saint François que nous reproduisons et qui appartient à
M. Odiot offre beaucoup d'analogie avec celui de Pedro de Mena, mais il
lui est de beaucoup inférieur. Comme son voisin, le saint est représenté
debout vêtu de la longue robe brune des Franciscains sur laquelle se des-
sine une large croix. Cette belle statue, exposée à Madrid, causa, il y a
quelques années, une très vive impression dont la presse se fit l'écho ; il
n'y eut qu'une voix pour l'attribuer à Alonso Cano, attribution bien motivée
cette fois, car il n'y avait en Castille au milieu du xvnc siècle que deux
artistes capables d'exécuter le Saint François récemment découvert, Alonso
Cano et son élève Pedro de Mena. Ceci — On lit dans l'Italie, de Rome, du

admis, la comparaison permet facilement 23 janvier :

de distinguer l'ouvrage du maître de celui J0ËÊÊSSS*^§§Ëll§l8Bfclli&>. " Hier, en présence du commandeur

de l'élève. ^ga^^S^^^^^P^^^^^^^ Ferrando et des professeurs Carruccio,

Maintenant, à quelle époque Alonso wÊÊÊS^^WI^^^^^^^^^^^P Sergi et Pigorini, ont été ouvertes au Musée

Cano fit-il son Saint François ? Il n'est pas yfHÊÊÊÊS^^^^^S^M^^^^^Br préhistorique ethnographique du Collège

facile de le préciser : il doit être antérieur ^^BP^^\^|m^^^^^^^^L^ romain les collections formées dans le Zan-

évidemment à celui exécuté en 1662 par ^mu^^^^^^^^^l^^^tvSÊ^ÊS^^^^^Sa zibar, par le capitaine Cecchi, pour le

Pedro de Mena, qui dut s'inspirer de Fou- ■H^^^^^^^^^^^j^^^^^^S^^^^^^^^ compte du ministère de l'instruction pu-

qu'un intérêt secondaire.^ ' ^Kê^ ' ^ ^UC'C'Ue^ "^j6*8 ^e^Ces. co"ec^ons

PETITE CHRONIQUE mj^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^m^ Sraphiq"e" 03,50111 en général des armes en

^SH^^^^^^j^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^r Suuères, des ustensiles, des ornements, des
— Un concours international avait été '. ^aâ^^^^Egjî^^^^^fej^^^^^^^^^^' à des tribus voisines du Tanganika. Il y a

ouvert à Rio-de-Janeiro pour un projet ^^m^^^.^^^^^^^^S^^^^^^^^Ji^^^/y aussi des objets venant des tribus des cotes

destine à la Bibliothèque nationale, aux ^BHli^^^l^^S^^^^^^^B^TO^^^y^ ainsi que de Madagascar et de Mascate dans

archives publiques de l'empire, et à des mÊÊ^III^^^^ÊÊi^^^i^^^^mÊlS l'Arabie orientale.

salles de conférences et de séances scienti- ^BEct*™^^^^^^^JP^^3^^J^ " va'eur scientifique de cette colloc-

fiques et littéraires. ^^^^^ÊÊÊ^^^^W^^^^^^^^i tion est très considérable. Le Musée préhis-

Le montant des devis avait été prévu mKt^K^^^ÊÊS^^^it, * torique, qui jusqu'à présent ne possédait

pour 2,5oo,ooo francs. iW^^^^i§J^^^^^Â'"r\ ' aucun objet des tribus de l'intérieur de

Le jury du concours, composé exclusi- l'Afrique équatoriale, compte aujourd'hui

vement de Brésiliens, ayant le ministre de ^ÊtÊj^'^^S^^^^^^0 nés produits de plus de trente tribus. Ne

l'Instruction publique pour président, vient ^wÊ^^^^^^^^^^ pouvant les énumérer toutes, nous citerons

de rendre sa décision. ^^^fflb(ri'î'' au moms cc"e des Masai, dont les produits

C'est un Français, M. Auguste Sauvage, ^SSs^^^Ê industriels ont été jusqu'à présent très rares

architecte à Paris, qui a été proclamé lau- 't|P^Wv§' en Europe. »

réat. ' *

La prime qui lui est accordée est de Heurto.r en- bronze nu xv* siècle. ~ The American Architect and Buil-

25,ooo francs. à.ing News, A Weekly Journal of Construc-

Le deuxième prix (10,000 francs) a tive and Décorative Art, publié à Boston,

été donné à un architecte brésilien, M. Azevedo Monteiro Carminho. nous donne dans son numéro du 9 janvier une grande planche hors texte

représentant la façade du Cincinnati Muséum, construit d'après les plans
■— L'exposition des œuvres offertes par les artistes français pour la de l'architecte James W. Maclaughlin. A ce propos, on lira avec intérêt

comment s'est fondé ce Musée ; son histoire est en effet à peu près celle
de tous les Musées de cette vaillante nation d'initiative privée.

En septembre 1SS0, M. Charles W. West —il est mort depuis —
donna pour fonder un Musée à Cincinnati une somme de i5o,ooo dollars
(750,000 francs), à la condition que ses concitoyens souscriraient un capital
égal à ce don. On arriva à réunir de la sorte 316,000 dollars (1,58o,ooo fr.)
M. West compléta alors son œuvre en donnant en outre i5o obligations
de 1,000 dollars (5,000 francs) chacune, destinées à former un fonds inalié-
nable qui produit un intérêt annuel de io,5oo dollars (52,000 francs). La
ville céda à l'association du Musée un terrain de vingt acres dans Eden-
Park, où les travaux de l'édifice commencèrent en septembre 1882 et, au
printemps de cette année, pourra avoir lieu l'inauguration du Cincinnati

tombola du monument Claude Lorrain est ouverte à la galerie Durand-
Ruel.

Sur le catalogue en préparation, nous avons relevé parmi les donateurs
les noms de MM. E. Barau, Barillot, J. Bastien-Lepage, Baudry, Becquet,
Béraud, Bernier, Albert-Besnard, Rosa Bonheur, Bonnat, Bouguereau,
Boulanger, Jules Breton, Busson, Cabanel, Cabat, Carolus Duran, Cazin,
Achille-Cesbron, Chapu, Benj. Constant, Delaplanche, Détaille, Duez, Jules
Dupré, Fantin-Latour, Feyen-Perrin, Eug. Feyen, Français, Gaillard,
P. V. Galland, Gérôme, Jean Gigoux, Guillaumet, Guillemet, Harpignies,
Hébert, Heilbuth, Henner, Lalanne, J. P. Laurens, J. Lefebvre, Alph. Le-
gros, Mme Madeleine Lemaire, H. Leroux, Lhermitte, Meissonier, Emile
Michel, Morot, Pointelin, Puvis de Chavannes, Rapin, Renouf, Ribot,
Rodin, Roll, Robert-Fleury, baronne Nathaniel de Rothschild, Yon, Yvon, Muséum. Mais l'œuvre à laquelle s'est dévoué M. Charles W. West eût été
Zuber. — Le prix du billet est de 20 francs. Chaque action de 400 francs incomplète sans l'adjonction d'une école d'art. Aussi, M. David Sinton
loading ...