L' art ornemental: revue hebdomadaire illustrée — 4.1886-1887

Seite: 66
DOI Heft: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art_ornemental1886_1887/0075
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
66

L'ART ORNEMENTAL.

fréquentées, mais des plus remarquables de cette ville, on rencontre, vers
le milieu de la rue, à l'exposition du nord, une grande porte cintrée,
encadrée dans une architecture de marbre, affectant la forme d'un interpi-
lastre corinthien, d'une pureté de dessin singulière.

Aucune date n'y est inscrite, mais on voit clairement qu'elle est due à
l'inspiration de la plus belle époque de l'art italien.

Cette porte n'est, malgré tout, qu'une promesse ou plutôt une invi-

tation à entrer, et, pour se rendre dans la cour, il faut suivre un corridor
haut et cintré, capable à grand'peine de donner passage aux chariots, dont
on ne faisait pas encore, au commencement du xvi° siècle, l'usage qu'on en
fit plus tard. Les idées de l'époque sont très accentuées dans la con-
struction de ce vestibule. La voûte est en forme de pavillon, renforcée
par d'autres petites voûtes en berceaux triangulaires élevés au haut de
murs qui, pour les recevoir, se courbent en lunettes demi-circulaires. C'est

LA CASA PONTI, A MILAN.
Décoration du Cortile.

là le caractère bien distinct des constructions urbaines de quelque mérite
architectural à la fin du xve siècle.

Ce caractère est confirmé par la décoration murale. Les voûtes, les
berceaux, les lunettes verticales, tout est peint; c'est une ornementation
rapide, légère, pleine de ramifications, de spirales, de réseaux de feuillages,
qui remplit le cadre et suit le mouvement des berceaux réunis à la voûte;
la couleur est d'un ton gris, sur un fond blanc laiteux, à l'inverse du fond
des lunettes, dont la décoration prend, par places, un ton crayeux sur un
brun bleuâtre. Au centre de la voûte, l'ornementation se divise et laisse

libre un espace dans lequel apparaît l'anagramme du Christ, rayonnant
dans un nimbe circulaire et dans deux petits écussons sur les bas-cotes,
avec les deux lettres initiales A. A. Ce sont là des marques qui datent de
l'origine.

Dès qu'on a mis le pied dans la cour, le spectacle est véritablement
admirable.

Nous sommes dans un cortile à peu près carré, entouré d'un portique
assez large du côté de l'entrée, comme pour servir de vestibule. Les
escaliers qui conduisent aux étages supérieurs se trouvent aux deux bouts
loading ...