L' art ornemental: revue hebdomadaire illustrée — 4.1886-1887

Seite: 68
DOI Heft: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art_ornemental1886_1887/0077
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
68

L'ART ORNEMENTAL.

abondance de rameaux et de branches de lierre à feuilles de cinq lobes,
avec des enroulements sphériques.

Aux rosaces en relief qui occupent le centre des arcatures des voûtes
du vestibule, font pendants des rosaces plus petites, placées au centre des
voûtes secondaires et aux voûtes des petits arcs qui joignent les chapiteaux
et le mur intérieur, où elles alternent avec d'autres ornements de peu
d'importance, qui en remplissent les intervalles.

La peinture s'étend dans toutes les parties du cortile. Avec le secours
de la fresque, elle a envahi les pendentifs triangulaires formés par la
rencontre des arcs sur les colonnes avec la trabéation qui forme le rez-de-
chaussée de la construction ; elle y a jeté, par une fantaisie charmante, des
ornements qui courent avec une légèreté extrême sur des fonds d'un brun
d'azur. De là, elle monte à cette trabéation, posant sur le centre vertical
des colonnes un triglyphe monochrome, dont l'encadrement rectangulaire,
emborduré comme les panneaux, est, comme eux, rempli de caprices
ornementaux en clair-obscur sur le même fond brun azur.

Au dessus de cette large trabéation, d'où surgit l'étage supérieur, tourne

Aboriginal - American Poltery. La collection, qui est sans rivale pour
la quantité et la qualité des spécimens, ne comprend pas moins de
20,000 pièces de « l'art de terre ». La moitié en est exposée.

Une grande vitrine centrale, de neuf pieds de haut sur deux cents
pieds de large, est occupée par les élégants modèles de poterie moderne
des Indiens de Pueblo. Une seconde vitrine centrale, de même hauteur,
mais de douze pieds carrés de large, contient la série des modèles anciens
de Pueblo, rangés par ordre chronologique. Environ quarante autres
vitrines sont disposées au même étage. Les produits de la vallée du Mis-
sissipi, le Mexique, Costa Rica, Chèriqui, le Pérou et le Brésil y sont
exceptionnellement bien représentés.

Le Conservateur, M. W. H. Holmes, travaille à un ouvrage considé-
rable qui traitera exclusivement de la céramique américaine ; plus de mille
planches destinées à l'illustration de ce travail considérable sont déjà
terminées.

— Le décret qui a réorganisé les Musées a très intelligemment mis

le parapet correspondant à celui des fenêtres ; il fin à la répartition des Antiquités entre trois Musées

est également divisé en panneaux alternés, carrés________ différents, celui de l'Acropole, le Musée central et

et rectangulaires , ceux-ci entre les fenêtres , & ^T^^^^^^^^^Ê^Ê^^fi^^^S^ 'a co"ect'on ^e 'a Société archéologique, au Poly-

ceux-là au-dessous. La coloration y reprend tous fj^^^B^^^^^^^g^^j^^^Si^a technikon.

ses avantages. Une nombreuse famille d'enfants s'y wff*&î$rs$&'''~ '"'"^^^^^^H Désormais toutes les antiquités, quelle que soit

ébat au milieu des rameaux; des tiges, des ceps ^I^SS leur importance et qu'elles aient été découvertes ou

couverts de fleurs et de feuilles créés par une wPw'r ' yVw? apportées à Athènes, seront réunies au Musée cen-

riche imagination. Toutes les figures sont relevées ^mjfjjeli'i wM5 tral, classées chronologiquement et cataloguées,

par un fond d'or couvert d'arabesques et de traits iVfijg' Les catalogues devront être promptement imprimés

diagonaux. Les parties du mur qui reçoivent les .ïwjbjj jjw jp et mis à la disposition du public. Les vides qui

principaux ornements placés entre les fenêtres ne WÈ'K'Ï SjR §§: pourraient exister dans la nouvelle classification

sont pas d'une décoration moins remarquable. , /'/fe'jril' seront comblés par quelques moulages d'après des

Les quatre espaces formés par la division des «l^yt œuvres de choix appartenant aux Musées des autres

ouvertures sont arrangés en encadrements rectan- BKjK^gp^iÊ^|j^^i /ffl/Mjjjk pays.

gulaires et, dans chaque encadrement, on a peint RhPIh^^^^Ék^^''M^^ÂU^ Le décret n'admet qu'une seule exception à

la figure entière, presque de grandeur naturelle, ^^^UÈÊfsÊK^^^^^^S^M la règle adoptée : les découvertes faites à l'Acropole

d'une divinité de la mythologie. C'est ainsi que, pMHgfc £f2&££g4S^P.._J*f§|!j8l|||| continueront à appartenir au Musée de l'Acropole,

en entrant, on aperçoit Pallas, Jupiter, Clio, ^^fifMw*' TsSBPlliw"^' 15^8*8 Tous les Musées sont désormais ouverts quoti-

Euterpe ; sur la partie de droite, Thalie, Apollon, fi5pk-^l'.k^Jg2gjy *i|kJ,%jâ§S' ' diennement ; le samedi et le dimanche l'entrée est

Melpomène, Terpsichore, et puis Uranie, Erato, ^^^-^s^^S^'!^^^^.^SFf^^^^^ gratuite; les autres jours on perçoit un droit d'un

Polymnie, Hermès. Le dessin de toutes ces figures Jfl|Pc| |f?jj||j'~ÎBra"'"~~| |i jPNÉMï franc par personne,

est très serré ; elles sont peintes à fresque dans des jjMjjftfj 1 LHf |

tons robustes et chauds et rappellent le style du il " ^ ~- l8S^^-=r — Pendant que les archéologues allemands
chef de l'école lombarde. BlL'^L^|s^Vtff^eÂ^ji jlfflMMp fouillaient avec le succès que l'on sait le sol antique
Nous parlerons, dans un prochain numéro, de B^^^^^^S^^bi>^'^ÇwS^^B^sES? ^° ^a Grèce, à Olympie, àTirynthe, etc., les archéo-
la longue frise peinte qui fait le tour de la cour ^^^^^^^S^^^^^^^^^^^^OL^--1 logues français ne restaient point inactifs. L'École
et des diverses transformations qu'a subies la déco- '-------I_zz=^- française d'Athènes ne se contente pas de publier

ration du bel édifice qui restera comme le plus „______„ _„' „„„ .„ . a^„„.„„ „ ,„r„ son excellent Bulletin de Correspondance hellénique ;

n 1 Encadrement de titre pour le «uoccace» de 1737. * 5 '

riche spécimen de ces résidences somptueuses, , _ . , , elle s'efforce d'arracher aussi à cette terre les

1 1 ' Gravure de Le Mire, d après Gravelot.

occupées, dans les premières années du xvic siècle, trésors artistiques qu'elle garde depuis des siècles

par les patriciens milanais. enfouis dans son sein. C'est ainsi que l'année passée

un membre de cette École, M. Halleaux, chargé de faire des fouilles sur
l'emplacement de l'ancien temple d'Apollon ptoïque, au village de Karditza,
en Béotie, a eu la bonne fortune de découvrir, outre les substructions et
différents fragments architectoniques d'un temple dorique, des sculptures,
des bronzes, des terres cuites et des inscriptions d'une grande valeur.
Tous ces objets datent de la période archaïque de l'art grec. Les bronzes
notamment sont très nombreux : ce sont des statuettes de dieux, d'hommes
et d'animaux, des trépieds, des armes, des parures. Parmi les sculptures
les plus remarquables sont : une très grande tête de marbre d'un style telle-
ment primitif qu'on est tenté de la prendre pour une copie d'un original
sculpté en bois, et un torse aux bras pendants, dans lequel l'influence
égyptienne saute aux yeux.

— A Rome, les travaux du nouveau Musée municipal au Ccelius sont
poussés avec activité. Il est même probable qu'une section pourra être
ouverte à la fin de cette année. Ce Musée sera divisé en galeries ; chacune
d'elles renfermera des objets appartenant à une section spéciale. La super-
ficie totale du Musée sera de 11,200 mètres carrés.

C'est dans ce nouveau Musée que sera placé le plan topographique
de Rome dressé sous Septime-Sévère. G. Dargentt.

Encadrement de titre pour le Boccace de 1757.

C'est une composition de Gravelot, gravée par Le Mire.

PETITE CHEONIQUB

— Le prix Trémont (peinture et sculpture), qui consiste en une
inscription de 10,000 fr. de rente pour la distribution de prix d'encourage-
ment à divers artistes, a été partagé entre MM. Charpentier, Etcheto et
Péène.

Le prix Deschaumes, d'une valeur de i,5oo fr., fondé en vue d'en-
courager de jeunes architectes, a été partagé entre MM. Eustache et
Girard.

— The American Journal of Archœology nous apprend l'ouverture,
au National Muséum de Washington, d'une vaste salle dite the Hall of

Paris.

— Imprimerie de l'Art. E. Ménard et j. Augry, 41, rue de la Victoire.

Le Gérant : EUGÈNE VÉRON.
loading ...