L' art ornemental: revue hebdomadaire illustrée — 4.1886-1887

Seite: 70
DOI Heft: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art_ornemental1886_1887/0079
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
7o

L'ART ORNEMENTAL.

On a prétendu que du Cerceau s'était arraché à cette douce retraite de
Montargis pour aller se fixer à l'étranger. Rien de sérieux ne peut justifier
cette allégation. Le vieil architecte était resté bien avec la cour, ainsi que
l'indique un passage de son Livre d'architecture, où, en i582, il se félicite
encore de « l'accoutumée bénignité et clémence » de Henri II. Quelle
raison du Cerceau aurait-il donc eu de s'expatrier? Selon toute vraisem-
blance, il est mort paisiblement à Montargis, au sein de cette province où
s'était écoulée sa jeunesse, ainsi qu'une partie de son âge mûr, et qui
montre avec orgueil les seuls travaux d'architecture qu'on puisse lui
attribuer avec certitude.

Portrait du comte-duc d'Olivarez.

Ce magnifique portrait est une grisaille de Rubens, gravée par
Pontius.

Le tout-puissant ministre, le favori de Philippe IV, est représenté
cuirassé, en buste, dans un ovale entouré de palmes et posé sur un
piédestal à ses armes. A droite et à gauche, sont assis des génies ailés,

Rosalie. Les habitants du quartier pensent que l'aliénation de tout ou partie de
ces terrains compenserait les dépenses delà reconstruction. Ils espèrent qu'avant
peu l'on pourra épargner à tous ceux qui viennent visiter les monuments et
les curiosités de notre capitale le sentiment de pénible déception qu'ils ressen-
tent à la vue des bâtiments délabrés des Gobelins.

■— On opère en ce moment un fort triage dans les salles, trop encom-
brées, du rez-de-chaussée du Musée du Louvre.

On a déjà enlevé quantité de statues, de statuettes et de bustes en
plâtre que l'on a rangés dans la cour, entre les pavillons Marengo et
Saint-Germain-l'Auxerrois.

La plupart de ces oeuvres d'art, d'une valeur artistique contestable,
servaient jadis aux études.

Après une sommaire expertise, on replacera les œuvres qui auront
été jugées dignes de figurer dans notre grand Musée ; les autres iront
orner des vestibules ou des couloirs d'administrations publiques.

— Les sculpteurs qui doivent prendre part cette année au concours
du prix Despry, d'une valeur de 1,000 francs, sont invités à adresser à

dont l'un tient une massue et l'autre l'Académie des beaux-arts, à partir de

un bouclier à tête de Gorgone. Des ce )our, leur demande d'adhésion en

attributs, habilement groupés, symbo- indiquant l'œuvre de sculpture qu'ils

lisent la Paix, la Guerre, la Renommée, veulent soumettre à l'examen de l'Aca-

et l'ovale, surmonté de la boule du demie. Il faut être Français et ne pas

Monde, est couronné par une étoile avoir dépassé l'âge de trente-cinq ans.

encerclée dans un serpent.

— L'Association des Artistes pein-

Oandélabre Louis XVI. ^JÛ^^^ c^^^^ tres' scu,Pteursi architectes, graveurs et

dessinateurs a tenu son assemblée géné-

II est à cinq lumières, en bronze IsL^ÉH ^TT^^^^J r^^^^^^^3 raie sous la présidence de M. William

doré, et a fait partie des collections £Ti ^511 ||n J ~~~1%Éïïm f^^^^liliï^^'A Bouguereau.

de Hamilton Palace. WÈ Ht kUSS IMlilÉIlllIl^^S' M- Tony Robert-Fleury a lu son

Vase.

Il est en ancienne porcelaine de
Sèvres bleu turquoise, pâte tendre, et
a fait également partie des collections
de Hamilton Palace.

rapport sur les travaux du comité pour
l'année i885. L'Association a reçu, dans
le courant de cette année, 247 socié-
taires nouveaux, de sorte que, malgré
les morts nombreuses, le nombre des
sociétaires, à la fin de décembre i885,
s'élève à 6,807.

La répartition du budget de 1885
prévoyait une somme de 79,07; francs

Coupe gothique. jp!Sipij|f--WfflxU —p——paL^L_J en faveur des pensions et des secours,

mais la dureté des temps a emporté le

Cette coupe, extrêmement simple, -E^HM- I I___|_| comité au delà de ce total : on a distri-
mais pleine de caractère, est d'une ------_------~~ ~ _ bué en pensions et surtout en secours,

conservation remarquable; elle appar-
tenait aussi aux collections de Hamilton VuE EXTERIEURE DU CHŒU" DE DE «•* Madele.ne, a Montargis.
Palace Reconstruit par Jacques Androuet du Cerceau.

PETITE CHEONIQUE

LA RECONSTRUCTION DE LA MANUFACTURE DES GOBELINS

Sous ce titre, on lit dans le Temps du 26 mai :

On sait que, dans les derniers jours de la Commune, les bâtiments de la
Manufacture nationale des Gobelins furent l'objet d'une tentative d'incendie;
mais, par un grand bonheur, les trésors inappréciables renfermés dans leurs
célèbres collections ne devinrent pas la proie des flammes.

Néanmoins, la superbe façade, qui remontait à l'époque où l'hôtel des Gobe-
lins a été acquis par Colbert de Leleu, son premier propriétaire, fut entièrement
détruite. On l'a remplacée par un barrage en planches qui a été placé là provi-
soirement depuis seize ans.

Les habitants des quartiers environnants ont résolu de demander aux Cham-
bres, par voie de pétition, le vote d'un crédit qui serait affecté à la restauration
de notre Manufacture nationale de tapisseries.

Plusieurs réunions ont eu lieu dans le Ve et le XIII* arrondissement. Dans
une réunion qui a eu lieu hier soir, quelqu'un faisait observer que les Gobelins
pourraient eux-mêmes payer une grande partie des frais de leur mise à neuf.
Derrière la Manufacture des Gobelins, en effet, et sur l'autre rive de la Bièvrc
se trouvent de vastes terrains en jachère dont on ne prévoit pas, semble-t-il, la
prochaine utilisation depuis qu'on ne parle plus d'y ouvrir l'avenue Sainte-

Ce chiffre n'était que de 32,727 fr.
en 1869.

Au bout de seize ans, on en est
arrivé à pouvoir distribuer 48,754 fr. de plus.

Depuis sa fondation, quoique les cotisations ne se soient élevées qu'à
1,103,228 fr. 35, l'Association a distribué aux sociétaires 1,241,145 fr. 35.
C'est donc 137,920 fr. 07 de plus que les versements. En outre, elle a
réalisé à leur profit 84,446 francs de rentes, représentant un fonds social
de 2,464,019 fr.

En terminant, le rapporteur a annoncé que M,lu Delagasse, peintre,
sociétaire depuis 1867, décédée à Fontainebleau au mois de décembre
dernier, a légué une somme de 12,000 francs à l'Association.

On a procédé ensuite à l'élection de vingt membres du comité, élus
en 1S81, sortants en 1886, et pouvant être réélus. Tous ont été main-
tenus : ce sont MM. G. Boulanger, Buon, Chaigneau, de Curzon, Louis
David, Edouard Détaille, Eugène Froment, Léon Gérome, Grandsirc,
Adrien Huard, Knecht, Charles Mercier, Adrien Moreau, Redelsperger,
Arthur Roberts, Édouard Sain, Jules Thomas, de Vuillefroy, Yon, Ziem.

— La maquette du monument de l'amiral Courbet, par MM. Falguière
et Mercié, était terminée ou considérée comme telle. Mais les deux
sculpteurs n'ont pas trouvé leur œuvre tout à fait au point. Enfin ils ont
jugé qu'elle pourrait être plus parfaite, et ils s'y remettent bravement.
Ce nouveau travail de construction artistique ajourne au mois prochain
l'état définitif de la statue.
loading ...