L' art ornemental: revue hebdomadaire illustrée — 4.1886-1887

Seite: 104
DOI Heft: DOI Seite: Zitierlink: 
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art_ornemental1886_1887/0113
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
io4

L'ART ORNEMENTAL

pour arriver à établir un accord sur le choix de l'emplacement et sur la
part contributive de l'État et de la Ville dans l'édification de ce monument,
destiné à perpétuer la mémoire des services rendus par nos pères de 1789
à la cause de la démocratie.

Art. 3. — La 5° commission sera chargée de suivre les négociations
avec l'État pour l'érection du monument commémoratif de la Révolution
française; elle devra en même temps préparer un projet complet touchant
la part qui sera prise par la Ville à la célébration du centenaire de 89.

— On sait que depuis plusieurs années les locaux de l'École spéciale
de dessin sont devenus insuffisants.

Fondée en 1766 par Louis XV, l'École spéciale de dessin occupe,

depuis nombre d'années, l'ancien amphithéâtre de Saint-Côme, englobé
dans une vieille bâtisse qui porte le n° 5 de la rue dé l'École-de-Médecine.

Outre que, pendant l'hiver, le jour fait complètement défaut dans les
salles de travail, l'espace est en tout temps trop restreint, à ce point que,
pendant la période des concours, on est contraint d'installer des ateliers
de travail jusque dans les caves.

Il est donc question de mettre à l'étude le projet de déplacement
de cette École, laquelle pourrait être transférée dans un nouveau bâtiment
à construire sur l'emplacement occupé actuellement par la caserne dite
0 le quartier Bonaparte », située sur le quai d'Orsay, non loin de la
Caisse des Dépôts et Consignations.

Cette vieille caserne est réputée comme étant insalubre, et ce n'est que

Titus sauvant les Juifs échappés de Jérusalem.
Tapisserie de Flandre du temps de Louis XIV.

grâce aux solides étais placés l'année dernière que l'on put éviter de voir
s'écrouler une de ses ailes tout entière.

Cette caserne date des premières années de ce siècle. Elle a été construite
sous le premier Empire, sur l'emplacement de l'ancien hôtel des Coches. Sa
démolition laisserait libre un vaste quadrilatère, qui permettrait de percer
une nouvelle rue allant du quai d'Orsay à la rue de Lille (avec des maisons
particulières s'élevant en bordure de cette nouvelle voie publique), tout en
réservant un emplacement suffisant pour une vaste construction, qui serait
exclusivement réservée à la nouvelle École spéciale de dessin.

— On lit dans l'Italie :

Une nouvelle découverte archéologique vient d'être faite rue Nazionale, dans
le terrain de la Banque nationale. Il s'agit d'un buste de l'empereur Marc-Aurèle,
plus grand que nature et parfaitement conserve.

A propos de ce terrain de la Banque nationale, nous avons quelques détails à
ajouter à ceux que nous avons déjà donnés au sujet de la découverte d'une statue
d'Antinous.

Cette statue — détail très curieux — fut trouvée dans une chambre mesurant
à peine quatre mètres carrés ; elle était appuyée contre la paroi du fond, et la base
était posée sur unegrande quantité de pierres qui semblent provenir d'une construc-
tion détruite par un incendie. La place qu'occupait la statue prouve surabondam-
ment qu'on en appréciait la valeur et qu'on tenait à la conserver. La chose doit
d'autant plus étonner que ceci a dû se passer en plein moyen âge, ce qui constitue
un exemple plutôt unique que rare d'une statue ancienne appréciée par des gens
qui avaient l'habitude de faire de la chaux avec les statues de marbre.

Une autre circonstance à noter est que cet Antinous n'a pas été sculpté à Rome ;
il vient des environs de Rome ou peut-être de plus loin, mais sûrement d'un
endroit traversé par un cours d'eau. On constate sur le marbre des marques
évidentes d'un long séjour fait par cette statue dans l'eau; en effet, toute la partie
inférieure est percée de trous et corrodée par l'action de l'eau courante. Le reste
a été poli avec beaucoup de soin.

On voit qu'après que la statue a été sortie de l'eau au moyen âge, on a cherché à
faire disparaître les traces de son séjour dans l'eau et à lui rendre sa netteté première.

On a trouvé également une plaque de marbre portant une inscription qui
prouve d'une manière indiscutable que cette statue n'a pas été faite à Rome.

G. Dargenty.

Paris. — Imprimerie de l'Art. E. Ménard et J. Augry, 41, rue de la Victoire.

Le Gérant

EUGÈNE VÉRON.
loading ...