L' art pour tous: encyclopédie de l'art industriel et décoratif — 1.1861

Seite: 54
DOI Heft: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art_pour_tous1861/0062
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
re Année.

L'ART POUR TOUS.

N° 14.

XVIe SIÈCLE. — Ecole allemande. ORNEMENTS TYPOGRAPHIQUES

PAR HANSHOLBEIN.

(Sebcren jn SBafct 3fmu> 1495 "''^^W^^tî^gi^ ^^41l r^Oi_T^ )fWk 7 ~^\S îS4iI Hans Holbein, the fon of a

ober 1498, ©oÇn eine« gcfetjâçten ' 4ä<S?>—^"^Sr*"5*^It.x ■^^^S\cJ^M^v ^S^'Ky'"^a|^^^^/^fc^^C?^|>/ WjjHWjfjJ ra^l talented painter, was born in

SJîaterê, entmictette *an* £ol. j^M^*fa^5^'^^^«y' 'jfi?--T^^^"^^SiaB^^^^^^^!j^ij^P^W>S^^^^'^JgjP^^^^^I^^^^^^^^^:_ff^g• Bafel in [495 or [498. He

^|^c^|» ^^^^^ ^^^^^^^^^^^ ^ J_ _ ~~ ~ ^______^ ^^^^^^^^^^^ ^a^

ûTîie^tL^lVlnUetoâ .,' -^^LN /-s TT-CT? - Vß ^ISS^W the top, o defolation! the

vcv Dben, o SBet,! raubl bcr V^^^^m) ^-^f^^Û^^S^^^^^m^ /fMwWffîi temMW^m • wolfftealsag°°fe;theentin

ffirff eine ®an« ; afsbau, ert,ebt 4 /V#7lV*^^^^^^%i7 é^J^Orf ^Êiï&ÈËrW V'"afiC 19 "nmt',,li"c,v "!

fl* ta, ganje Ten, um kern Se1S*Xaff^^Ä- *M Ç^të^^JmM^W Ä^^^K^JM/^ C ißPff foot, and hurr.es to the ref-

Sïauber nad,Surennen ; ein allée StfiiiEfö-% f*Sgj» » ^O^Çf^^ Ä JRfll9E\ % /f^fe^l? cuc: an oM ^ermonizer

©itto.Çïrti9« Uft auf feinem If^SäJ««!^ .Ï!^.' ^ü"°° ^ *"

ÜJlunbc bcr ÂtugÇcit altjufyât hm>
menben ©prucr) r)orcn, ben nur bie

Srcunbinnen M «tf«u*tf B^M^^^^i ~ - £^3B^S—sa--the mfenor fr.ze, ,oy lue

auffaflen. 3n bem unteren Sriefe ceL'(1s *° tr0«b[e !the monf^
folgt bie greube bet aScmnrrung ,s lic:ui' and thc Peafilnts Je-
naer, ; kal Ungeheuer ift erfragen Abrate ,hcir hy dan"
unb bie SBaurtn feiern »etat ®c$aH Né à Bâle, en 1495 ou 1498, fils d'un peintre eftimé, Aux quatre angles nous avons difpofé des fpécimens de angananimated borcexvliich
bcr ©aeîïfeife mit luftigem Reffen Hans Holbein, un des maîtres les plus illullres de l'Ecole

baä gliicffelige (Srcignij). _ S3eibc allemande, rit preuve de bonne heure d'une fécondité ex-

Somtoofltlonoi, worin eine geift. traordinaire jointe à des talents d'un ordre fupérieur. Pour

. -m « 1. ! c ne parler que de fon œuvre d'Illustrations typographiques,

Mlle ®iitmutl)igtctt 1111b «ne grofic f_,.'l , . , ,. . „. „ ■ ,1 " , . • '

" s p truit des travaux de la jeunefle, & qui eft encore a réunir

Schreit befi aeol)c,d,tungéfinne« (c>est ,a tâche que nQUS nQUS proporons)) on a pcine a com.

Çcrrfdjcn, werben burrî, jtoei eigen. prendre que la vie d'un homme fuffife à produire tant de

rtyiimUd) gcflattete ©âulcn Mt*un« merveilles, furtout quand on le rappelle que la plupart de

ben, um rocldjc ein SDienge Äinber, fes compofitions le maître les gravait lui-même fur bois. —

mitten unter ben grünen mit Dbjl Nous nous bornons aujourd'hui à donner, comme fpécimen

uni Srauben belabcnen Brocigen, de fa m"»ière, les illuftrations de la traduction latine des

bernmfBlelt. Œuvres mêlées de Plutarque (édition de Bâle).

Unter anbern bietet autt) biefcä ^a pièce centrale eft la marque de l'imprimeur : la For-

©tiicf ben «orteil, uns fo(lbore tune ou VOccafion, figurée fur l'écuffon qui fervait d'en-

«Wrunft nber bie Äleibertra*! «eigne à fa maifon.

ber beutfcbcn Sauern jur 3eit be« L'Occafion (fymbole qui fut fouvent choifi par les impri-

35 au e mfr iegeê (1525) ju lie- meursdela Kenaiffance) était repréfentée chez les anciens

fern. (Fac-similé ) une femme debout lur une boule avec des ailes aux

pieds, pour marquer fon inftabilité & la promptitude avec

laquelle elle s'échappe. Les cheveux ramenés en avant &

le rafoir marquent l'impofiibilité de la reffaifir, une fois

qu'elle eft paffée.

lettres à befliaux, dont il exilte plufieurs alphabets dus au the bagP'Pe PlaYs- — Thc

maître; nous les compléterons dans la fuite. two compofitions, füll ot a

lively wit and a great deal ot

Le cadre extérieur fert d'entourage à la Dédicace du livre; obfervation, are united toge-

il eft infpiré de fujets paftoraux. — Une frife lupérieure & j^er by columnsof a carafte-

une inférieure repréfentent les joies & les orages de la vie dfed ft ,e around which a

rullique. Dans le haut, ô douleur, le loup ravit une oie; . c .... .

„,,,,-.., .___. , .,, n. r • j . r - • -m quantity ot children are fro-

aullitot tout le village eft lur pied et le précipite: un vieil-

lard lermonneur fait entendre les confeils tardifs de la pru- "cking among the green

dence; mais il n'eft écouté que des compagnes de la vie- branches and the clufters of

time. — Dans la frife du bas la joie fuccède au trouble; le fruits and grapes.

monftre eft occis, & les payfans, au fon de la cornemufe, This pièce gives interefting

célèbrent par une joyeule bourrée l'heureux événement. — ■ .• .. . . ,

, , r ■ . /■••.nu indications on the coftume of
Les deux compofitions, empreintes d une lpirituelle bon-

homie & d'une grande fineffe d'obfervation, font reliées par German peafants towards the

deux colonnes d'une ordonnance originale, autour defquelles war °f Anabaptißs (i525).

une foule d'enfants s'ébaudiffent au milieu des vertes bran- — (Fac-fîmile.)
ches chargées de fruits et de raifins.

Cette pièce a en outre le mérite d'offrir des renfei-
gnements précieux fur le coftume du payfan allemand
à l'époque de la guerre des Rustauds (i52D). — {Fac-
fimile.)
loading ...